Bandeau
Confluence de l’Erdre et de la Loire Patrimoine industriel

1403

Famille de cerfs au repos


Le Jardin des Plantes recèle de nombreux trésors artistiques que les flâneurs peuvent admirer lors de leur balade. Parmi eux, le groupe sculpté la Famille de cerfs au repos a récemment fait l’objet d’une ambitieuse campagne de restauration qui a permis de restituer son aspect d’origine.

Une œuvre chahutée

L'œuvre originale en plâtre est réalisée pour le Salon des artistes français en mai 1908, au Grand Palais, à Paris. Georges Gardet est reconnu, de son temps, comme l'un des plus grands sculpteurs animaliers réalistes (dans la ligne de Fremiet, Cain, Barye). L’œuvre complète est composée de deux groupes, une « famille de cerfs au repos » et une « famille de cerfs en pleine course ». Il s'agit d'une commande d’État, du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, Henri Dujardin-Beaumetz. À charge ensuite à la Ville de Paris, de réaliser les fontes en bronze, la patine dorée, afin d'installer ces groupes à l'entrée de l'avenue du Bois de Boulogne, à la place des pylônes de la grille de la Porte Dauphine. Un premier tirage des deux groupes est fondu en 1909. Le projet subit de multiples tergiversations administratives et conflits de personnes, notamment au sein des services de la Ville de Paris. Le projet de la place Dauphine est abandonné, ainsi que d'autres emplacements pressentis sur le Bois de Boulogne. En dépôt à la Ville de Paris, il faudra attendre le 10 mars 1933 pour une installation de repli, au Domaine de Sceaux, parc départemental.

Le 1er mars 1910, Henri Dujardin-Beaumetz, commande un autre tirage en bronze pour la Ville de Nantes, mais seulement la « famille de cerfs au repos », appelée aussi « cerfs aux écoutes ». Le sous-secrétaire d’État est informé en direct du transport et de l’installation, preuve de l’intérêt porté. Le Président du Conseil d'alors, n'est autre qu'Aristide Briand, grande personnalité nantaise, qui a été ministre de l'instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes de 1906 à 1908, sous Ferdinand Sarrien puis Georges Clemenceau, autre grande personnalité nantaise. Gabriel Guist'hau est alors Maire de Nantes et proche d'Aristide Briand, avant de le rejoindre fin 1910 et d'entrer à son gouvernement comme ministre de la Marine.

Malgré des difficultés de transport par route, la commande est vite honorée, contrairement au premier tirage parisien. Le groupe est installée le 5 août 1911, au Jardin des Plantes de Nantes.

Une œuvre disloquée, éparpillée

Durant la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement de Vichy – à la demande des Allemands – et en soutien à l'effort de guerre, officialise la fonte de l'ensemble de la statuaire en bronze jugée « mineure », ne présentant pas de valeur artistique ou historique (arrêté de l’amiral Darlan). Les opérations se font sous l’autorité de la Préfecture avec obligations faites aux Villes.

C’est dans ce cadre, que la statuaire en bronze nantaise va disparaître en nombre et notamment les bronzes du Jardin des Plantes. Le buste d'Ecorchard, fondateur et premier directeur du Jardin des Plantes, est enlevé le 6 février 1942, ainsi que les Mouflons, le 25 ou 26 février. Les cerfs sont enlevés courant mars. Chaque animal est arraché sans ménagement du socle pour en faciliter la pesée et le transport vers Paris, à destination de l’Allemagne.

Un courrier au Maire du 24 février 1950, écrit par une certaine madame Rossignol, signale avoir retrouvé des objets appartenant à la Ville de Nantes, au 20 rue Rapp à Paris, dépôt du Service de Récupération des Œuvres d’Art. Ce dépôt rassemble les objets retrouvés en Allemagne après guerre. Le constat est confirmé peu après par les autorités de l’État, demandant à la Ville de récupérer ses biens. Le groupe de cerfs fait partie du lot mais est cependant incomplet. Il manque la biche, les bois et oreilles du grand cerf. La faon a une patte cassé. La Ville de Nantes récupère l’ensemble mais décide de ne pas restaurer le groupe incomplet, au motif de ne pas trahir l’œuvre originale.

Les éléments sont alors stockés et oubliés dans différents entrepôts du Service des Espaces Verts et de l’Environnement de la Ville.  Le grand cerf et le faon sont d’abord redécouverts au parc de la Moutonnerie, en 1981, par Alain-Pierre Daguin, journaliste. La Ville établit un devis pour la restauration mais celle-ci ne sera que partielle. Le faon est alors restauré seul, remis sur son socle par le fondeur Droneau et installé au Jardin des Plantes, le 10 février 1994, près de la ménagerie.

En 1997, Alain-Pierre Daguin rappelle dans la presse, l’engagement de restauration de la Ville. Le grand cerf est alors stocké au Jardin des Plantes et mentionné par Jean-Hugues Roger, artisan-décorateur, avant qu’il ne le redécouvre, en 2009, à nouveau déplacé dans un dépôt du parc du Grand Blottereau.

La Ville de Nantes décide de programmer une restauration complète du groupe, à partir de 2017. Il est inauguré le 14 septembre 2018.

Marc Couronné
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

De Meyenbourg Marianne , « Les cerfs du parc de Sceaux » in Bulletin des amis de Sceaux, Amis de Sceaux, nouvelle série N°29, 2013,  p. 10-32

Pages liées

Jardin des Plantes

Restaurations des grands cerfs

Tags

2e GM Restauration Sculpture

Contributeurs

Rédaction d'article :

Marc Couronné

Vous aimerez aussi

Gabares

Société et culture

À la confluence entre Loire, Erdre et Sèvre et à la jonction entre Océan et bassin ligérien, le port de Nantes accueille jusqu’au 19e siècle une flottille de bateaux fluviaux : toues,...

Contributeur(s) :André Péron

Date de publication : 09/04/2019

2302

Inondations

Géographie et biodiversité

Ville de confluences hydrographiques, Nantes subit régulièrement des inondations, généralement en automne (octobre 1846, septembre 1866) et en hiver (janvier 1843, décembre 1872, février...

Contributeur(s) :Denis Mercier

Date de publication : 28/02/2019

7335

La Ville-en-Bois et rue de la Montagne

Architecture et urbanisme

Situé au-delà de l'octroi, la Ville-en-Bois fut d'abord un lieu de détente apprécié des citadins. Puis au fur et à mesure de l'urbanisation, il devient un quartier industriel et ouvrier....

Contributeur(s) :Nathalie Barré , René Lins , Marie-Hélène Edelin ...

Date de publication : 08/03/2019

4163