Bandeau
Nom des écoles Belges

1069

École Rue Noire


L’école de la rue Noire se situe dans le quartier Hauts-Pavés-Saint-Félix, au nord du centre-ville, un quartier qui connaît un fort mouvement d’urbanisation à partir de la fin du 19e siècle. Dès son installation en 1870, la municipalité s’empare de la question scolaire et priorise la résorption du retard de Nantes sur ses obligations légales. L’école de la rue Noire fait partie des écoles construites selon un modèle type à quatre classes.

Une « école-modèle »

Dès 1871, la Ville acquiert la tenue de M. Lepine-Menoreau sise au n°42 de la rue des Hauts Pavés (aujourd’hui disparue) et donnant sur la rue Noire, dans un quartier encore dépourvu d’école publique.

Le projet est confié à Antoine Demoget, architecte en chef de la Ville, qui le présente au Conseil municipal le 1er mai 1876 : « Les dimensions du terrain ont permis d’adopter pour les 4 classes le plan en croix avec deux vestibules d’accès servant de vestiaires. Les classes seront reportées au fond de manière à être isolées de la rue par une vaste cour servant de préau découvert, et des propriétés voisines par le jardin de l’instituteur. Les logements de l’instituteur, des sous-maîtres et du concierge seront établis dans un bâtiment ayant sa façade sur la Rue Noire. Telle est la disposition générale adoptée dans les deux projets et qui semble convenable pour la destination. […] Dans l’étude du projet, nous nous sommes efforcés de satisfaire autant que la configuration du terrain le permettait, aux règlements qui fixent les dispositions générales à remplir pour la construction des écoles. Classes largement aérées et éclairées, d’une suffisante capacité et lieux d’aisance d’un abord et d’une surveillance facile. » (Archives de Nantes, 4M C32 D1)

Les différents lots de travaux sont attribués par adjudication le 8 juillet 1876 et l’école est livrée pour la rentrée de septembre 1877, remplaçant l'école de la rue de Rennes, cinquième école ouverte en 1871.

Répondre aux effectifs croissants et anticiper

Les effectifs de l’école atteignent 246 élèves en 1906, soit une moyenne de 61 élèves par maître. Le recrutement d’un nouvel instituteur-adjoint se conjugue avec la construction d’une cinquième classe. Les travaux de cette extension avec façade sur la rue des Hauts-Pavés sont engagés à partir de juin 1907.

En 1911, l’école reçoit 315 élèves pour 5 classes. Au vu de la saturation de l’établissement, le Préfet demande expressément au Conseil municipal, par courrier du 25 février de la même année, le vote de la création d’un nouvel emploi d’instituteur-adjoint et la construction d’une sixième classe. Cette demande reçoit un avis favorable : un nouveau maître est embauché mais la construction d’une nouvelle salle ne connaît aucune suite et deux instituteurs font classe dans la même salle. Il faut attendre 1913 pour que le sujet soit réactualisé. C’est Étienne Coutan, l’architecte en chef de la Ville, qui dresse un plan d’agrandissement général : « Le plan d’ensemble cherche avant tout à réserver l’avenir. L’école devra sans aucun doute se développer en utilisant le terrain situé entre le lavoir et les bains-douches et l’école actuelle au grand bénéfice de la cour, mais cette modification devra être entreprise en même temps que le développement général de l’école. Cette classe est prévue pour être utilisée dans l’avenir comme cantine avec cuisine et même une petite cave en contact avec la maison d’habitation et la conciergerie, en contact avec l’extérieur. Lorsque la cantine sera nécessaire, on réalisera une classe neuve mais on connaîtra à ce moment les divers besoins de la Ville sur cette propriété et on ne risquera par conséquent aucune erreur. » (Archives de Nantes, 4M, C19, D8)

Dès 1914, un nouveau projet d’extension voit le jour. Il concerne l’agrandissement de la cour au sud-ouest de la parcelle et l’installation de nouveaux cabinets, après la construction d’une septième classe.

Des travaux reportés puis réalisés

Il faut attendre 1925 pour qu’un nouveau projet soit proposé, bien qu’il ne soit réalisé qu’une dizaine d’années plus tard. Il concerne toujours l’agrandissement de la cour pour la construction d’une huitième classe dans la continuité de la précédente et d’une neuvième encadrant le corps principal rue Noire. Ces aménagements nécessitent cependant la destruction d’un « baraquement de sans-logis », installé provisoirement sur la parcelle après la Première Guerre mondiale et qui accueillent cinq ménages, ce qui retarde le projet. En 1937, par suite de l’accroissement constant du nombre d’élèves dans le quartier, l’administration municipale met enfin en œuvre la construction de ces deux nouvelles classes et l’agrandissement de la cour.

Après la Seconde Guerre mondiale, Nantes connaît un fort accroissement démographique, nécessitant l’élargissement de la carte scolaire. Dans cette optique, les travaux pour la construction de quatre classes sur préau avec vestiaires sont soumis à adjudication en 1951.

Cette extension se trouve à la limite sud-ouest de la parcelle, avec une façade sur la rue Noire, et reprend le modèle type des écoles de la Reconstruction.

Salomé Pavy
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Noire (rue) 45, NANTES

Date de construction : 1877

Auteur de l'oeuvre : Demoget Antoine

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Documentation

Pages liées

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Nom des écoles

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Hauts Pavés - Saint Félix Laïcité École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Salomé Pavy

Vous aimerez aussi

Anne de Bretagne (duchesse, 1477 – 1514)

Personnalité nantaise / Les incontournables

Anne de Bretagne, fille aînée du duc François II et de sa seconde épouse, Marguerite de Foix, naît le 25 janvier 1477 dans une chambre du vieux logis du château de Nantes alors en pleins...

Contributeur(s) :Dominique Le Page

Date de publication : 25/03/2019

7907

Pont de la Jonelière

Architecture et urbanisme

Le pont de la Jonelière, principal ouvrage d'art de la ligne ferroviaire Nantes-Châteaubriant, permet le franchissement de l'Erdre. Conçu en béton armé par l’ingénieur Albert Caquot,...

Contributeur(s) :Gaëlle Caudal

Date de publication : 07/03/2019

3743

Jean-Baptiste Ceineray figure parmi ces architectes qui ont profondément marqué le paysage urbain nantais. Architecte voyer de 1760 à 1780, il a contribué à faire de Nantes, ville close...

Contributeur(s) :Noémie Boulay

Date de publication : 08/03/2022

2031