Bandeau
Ouvriers de la Manufacture des tabacs Chantiers navals

1065

École publique Maurice-Macé du Vieux-Doulon


Symbole majeur de la république, les écoles révèlent, plus que tout autre édifice public, les projets d’aménagement du territoire, et la démographie d’une commune. Dans ce cadre, l’école Maurice Macé est l’un des meilleurs témoins de l’histoire urbaine de l’ancienne commune de Doulon.

Les premières écoles du Vieux-Doulon

Durant la seconde moitié du 19e siècle, une école de filles existe au Vieux-Doulon. Elle est logée dans une maison au Portail Rouge (actuelle route de Sainte-Luce) louée à Mme Normand. En 1885, l’achèvement des travaux d’agrandissement de l’école jointe à la mairie de Doulon dans le quartier de Toutes-Aides incite la propriétaire à récupérer son bien au Portail Rouge. Le bourg de Doulon et les hameaux de l’est de la commune perdent donc leur école.

Accaparée par la construction puis la gestion des écoles du quartier de Toutes-Aides et de la Ville-en-Pierre, la commune délaisse les hameaux et le bourg. C’est seulement en 1897 que la commune envisage d’acheter un terrain situé au croisement des actuelles rue de la Blanchetière et du Pontereau pour y faire construire par l’architecte Francis Leray une école de garçons. Ce sont finalement deux terrains qui sont acquis de part et d’autre du croisement pour y installer respectivement l’école des garçons et celle des filles. En 1900, la commune lance la construction de l’école de garçons. Rapidement trop exiguë, celle-ci est augmentée d’une seconde classe par l’architecte A.-E. Régnier en 1903.

C’est seulement en 1908 que le chantier de l’école communale de filles est lancé selon les plans de l’architecte Vié. Il est confié aux entreprises Guillemain, Albert et Trébuchet, Poirier, Supiot, Charpentier.

Avec l’ouverture de l’école, le ministère décide de créer une nouvelle section académique dans ce territoire qui ne compte que 900 habitants sur les 6880 de la commune. Cinquante-cinq enfants de 5 à 13 ans sont recensés au bourg. Cependant, ils ne fréquentent pas l’école publique de Toutes-Aides, mais plutôt les écoles privées de Doulon-ville et Sainte-Luce.

En 1929, la commune achète de part et d’autre de la rue du Pontereau des terrains en angle appartenant à M. Becdelièvre pour agrandir le groupe scolaire. Ces achats sont réalisés pour empêcher « tout voisinage fâcheux pour les écoles » puisqu’ « aucun établissement bruyant ou malsain ne pourra s’y installer ». En outre, il sera possible d’agrandir le groupe scolaire face à l’apport de population que constitue la mise en lotissement de la rue Audubon.

Le groupe scolaire Maurice-Macé

Les écoles sont épargnées par les bombardements alliés mais elles se révèlent beaucoup trop petites pour accueillir les nombreux enfants de cheminots habitants la cité Marin-Poirier. Des classes provisoires sont installées dans des baraquements.

En 1956, la commune achète un terrain en arrière de l’ancienne école de garçons. En 1957, le chantier de construction de l’actuel bâtiment B3 (école élémentaire) du groupe Maurice-Macé est lancé ; suivi en 1958 par celui du bâtiment B1 (école maternelle) et en 1959 par le bâtiment B2 (école élémentaire). Les bâtiments d’origine des écoles de filles et de garçons sont détruits entre 1959 et 1961. L’ensemble est achevé en 1961 par la plantation d’arbres dans les cours.

Les bâtiments construits sont de forme longitudinale et bordent sur un seul côté des cours de récréation. L’école de garçons a deux étages occupés par des classes tandis que le rez-de-chaussée est largement ouvert pour former un préau. La façade offre un motif de quadrillage dont les verticales sont accentuées par des poteaux de béton en ressaut qui se succèdent au rythme des travées. Pour contrebalancer les verticales, les baies créent deux fortes lignes horizontales. Autour de ce bâtiment principal, un ensemble en rez-de-chaussée organisé autour d‘une cour accueille la maternelle.

Julie Aycard
Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine du quartier de Doulon
2021

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Pontereau (rue du) 29, NANTES

Date de construction : 1959

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Bibliographie

Du village à la ville Doulon de la Révolution à la fin du 19e siècle, GRH de la maison de quartier de Doulon, 1985

Documentation

Pages liées

Dossier : Inventaire du patrimoine de Doulon

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Doulon - Bottière Extension et limite urbaine République École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Vous aimerez aussi

Cimetière de la Chauvinière

Architecture et urbanisme

Le cimetière de la Chauvinière se singularise des autres cimetières nantais par la forme qu’il revêt et la fonction qu’il remplit : il reçoit les sépultures des victimes de guerre.

Contributeur(s) :Archives de Nantes

Date de publication : 30/10/2020

4408

Place des Lauriers

Architecture et urbanisme

La place des Lauriers constitue après celle de Mendès-France, la deuxième place de Bellevue, côté nantais. Elle est au cœur d'une des cinq « unités de logements » établies par Marcel...

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 30/09/2020

2815

Grue jaune

Architecture et urbanisme/ Les incontournables

Construite en 1958 par les Établissements Joseph Paris, la grue Titan jaune prenait une part essentielle à la production des chantiers navals. Son rôle était de hisser les blocs constituant...

Contributeur(s) :Élise Nicolle

Date de publication : 25/06/2021

8291