20 octobre 1941 : exécution du Commandant Hotz
Cité HBM de l'Hermitage

A

160

École Nationale Supérieure Maritime

Contribuer

Contribuer


L’École nationale supérieure maritime est l’héritière d’une longue tradition de formation maritime à Nantes. Son histoire commence en 1671 avec l'acquisition de l'hôtel de Briord par la Société de Jésus. Louis XIV confie alors aux Jésuites le soin d'enseigner l'hydrographie ; enseignement qu'ils assureront jusqu'à leur expulsion en 1762.

Une école d'hydrographie

À partir de cette date, un professeur d'hydrographie est chargé d'enseigner la navigation, l'hydrographie et les mathématiques dans le cadre d'une école publique et gratuite. L'École d'Hydrographie quitte l'hôtel de Briord au début des années 1780 et les cours sont dispensés dans différents endroits.

L'ordonnance du 7 août 1825, signée par Charles X, promulguant la réorganisation des écoles d'hydrographie françaises, institue une école de première classe à Nantes. La Ville est alors dans l'obligation de construire un établissement regroupant l'École d'hydrographie et un observatoire. Ces deux nouveaux équipements situés au 18, rue des Flandres et dont la construction a été prise en charge par l'architecte Étienne-Jean-Baptiste Blon, sont inaugurés le 14 août 1827. L'établissement fonctionne pendant 60 années et en 1887, ce dernier est transféré dans des locaux situés au 13, quai des Constructions avant d'être déplacé au 1, rue Chaptal dans un ancien hôtel particulier contigu au lycée de Launay.

Une des trois grandes écoles nationales de navigation maritime

En 1919, une réforme des enseignements maritimes fait de l’école de Nantes une des trois grandes écoles nationales de navigation maritime. Ce nouveau statut implique un déménagement et un agrandissement des locaux. Le transfert est effectué en 1923 dans l'ancien hôtel Musset, au 38, rue Joseph-Blanchart (rue Gabriel-Péri aujourd'hui). Cette belle demeure de deux étages entourée d'un vaste parc est un vestige de l'ancienne propriété que le riche industriel Jean-Baptiste Baboneau avait acquise en 1824 et sur laquelle il avait édifié son hôtel particulier. Projetant d'y établir un institut de chimie, la Ville avait pris possession des lieux en 1918 après l'avoir acquise auprès du négociant de bois René Musset.

Plan de la façade de l’ancien hôtel Musset réalisé par Henry Fleury

Plan de la façade de l’ancien hôtel Musset réalisé par Henry Fleury

Date du document : 1941

Pendant la Seconde Guerre mondiale, des étudiants et des professeurs s’illustrèrent dans la résistance. Le 11 novembre 1940, une trentaine d’élèves entonnent la Marseillaise. Dans l’école, une plaque commémorative rend hommage au directeur Sylvain Crosnier, aux professeurs Émile Lagarde, Pierre Collet et Pierre Marot ainsi qu'à l’étudiant Yvon Kerbrat, membres du réseau Cohors-Asturies. Après les bombardements de 1943, l’Hydro est déplacée dans une école maternelle de la place Dumoustier jusqu'en 1945.

La construction d'une nouvelle école

À partir de 1950, plus de 300 élèves sont accueillis ; la reconstitution de la flotte marchande ayant relancé l'embarquement. L'exiguïté des locaux ne permet plus de dispenser les enseignements dans des conditions matérielles correctes. Une extension avait toutefois été envisagée dès 1941 et à la fin des années 1940, un nouveau bâtiment avait été construit pour abriter deux salles-machines, un laboratoire et une salle radio pour former les officiers mécaniciens et radio.

Panneau de présentation de l’École nationale de marine marchande

Panneau de présentation de l’École nationale de marine marchande

Date du document : 1947

La construction d'une nouvelle école s'impose définitivement en 1953 lorsque André Morice, ministre des travaux publics, des transports et du tourisme, institue dans le cadre d'une réforme de l'enseignement maritime neuf écoles nationales de la marine marchande. Celle de Nantes étant surtout dédiée à la formation des mécaniciens, de nouveaux ateliers devront être construits. Roger Hummel, architecte en chef de la Marine marchande dresse les plans du futur établissement et nomme le Nantais Yves Liberge, architecte d'exécution.

Plan de la nouvelle École de marine marchande réalisé par Yves Liberge

Plan de la nouvelle École de marine marchande réalisé par Yves Liberge

Date du document : 1953

Le premier coup de pioche est donné en 1955 avec la destruction de l'hôtel Musset. Pendant les travaux, les cours sont transférés dans les combles du palais de la Bourse, siège de la Chambre de Commerce.

En octobre 1959, la promotion Pierre Gaborit de Fulgent essuie les plâtres de la nouvelle école qui est officiellement inaugurée le 15 novembre 1961 par le secrétaire général à la Marine marchande, Gilbert Granval et Robert Buron, ministre des Transports.

Le 15 mars 1961, un journaliste de La Résistance de l'Ouest qualifiait l'école comme l'une « des plus belle de France » et en donnait la description suivante : « La nouvelle école d'une conception aussi harmonieuse que fonctionnelle comporte six bâtiments principaux : l'administration, l'externat, l'internat, le foyer, l'infirmerie et l'atelier ». Cet atelier (ou salle des machines) « avec sa cheminée rutilante qui se dresse au-dessus d'un corps de bâtiment qui rappelle étrangement la passerelle de navigation d'un moderne cargo », ainsi décrit dans un article du 26 juin 1958, devient rapidement le symbole de l'école.

Bâtiment de la salle des machines et sa cheminée vus depuis la rue Gabriel-Péri

Bâtiment de la salle des machines et sa cheminée vus depuis la rue Gabriel-Péri

Date du document : 1958

L’École nationale supérieure maritime

Jusqu'aux années 1990, l’Hydro de Nantes connaît un fort développement. En 1987, elle est la  première école à s’équiper de simulateurs. Un temps compromis, son avenir est toutefois garanti à partir de 2010 lorsqu'elle est retenue avec trois autres sites pour constituer l’École nationale supérieure maritime.

Aujourd'hui, l'ENSM prépare à tous les diplômes supérieurs de la marine marchande, de chef de quart à capitaine et chef mécanicien. Les enseignements sont délivrés au Havre, à Nantes, à Marseille et à Saint-Malo ; l'établissement nantais accueillant plus particulièrement les formations d’officiers de pont et de chefs mécaniciens.

Nathalie Barré
Archives de Nantes
2012


Témoignage (1/4) : Devenir capitaine au long cours

En 1953, je suis entré à l'Hydro. J'avais fait une année de prépa à Clemenceau pour préparer le concours d'entrée. Je ne venais pas d'un milieu marin, ce qui était assez rare. Mon père qui était ingénieur me regardait un peu curieusement mais j'étais...

René-Jean

Témoignage (2/4) : Le temps d’élève

Le temps d’élève, c’est une expression propre aux écoles de marine marchande. Pour passer de la première année à la deuxième année comme officier technicien, il fallait deux ans et demi à trois ans de navigation. On apprenait le métier comme ça, les anciens...

Christian

Témoignage (3/4) : La nuit de l'Hydro

Dans l’année, il y avait deux moments forts : la nuit de l'Hydro et la nuit de l’ENSM. Ça faisait partie des deux grandes soirées attendues par les Nantais. Aujourd’hui, l’Hydro s’appelle l’ENSM, l’École nationale supérieure maritime mais pour nous l’ENSM,...

Christian

Témoignage (4/4) : Naviguer et voyager

Quand on sortait de l’Hydro, on écrivait aux compagnies et là, on avait le choix. On était pris rapidement, le temps que le courrier fasse l’aller-retour. Il y avait aussi des compagnies qui donnaient des bourses à certains étudiants le temps de leurs...

Christian


En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

René-Jean, Christian, Étienne

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.