Bandeau
Musique Prairie d’Amont

970

École paroisse Sainte-Madeleine


Avant la création de la paroisse Sainte-Madeleine, les enfants du faubourg des Ponts, qui fréquentent les écoles privées, doivent traverser le pont de la Madeleine. C'est en effet le long de la chaussée de la Madeleine que l'enseignement primaire privé s'implante sur les îles, dans les terres de la paroisse Sainte-Croix, à partir de 1821.

L’école Sainte-Madeleine

À partir du milieu du 19e siècle, l'abbé Yviquel, premier curé de Sainte-Madeleine, se préoccupe de développer l'enseignement dans sa paroisse. En 1857, il reçoit en don des bâtiments situés boulevard Babin-Chevaye. Il sollicite alors les sœurs de la Sagesse afin d'y ouvrir une école de filles. L'afflux des élèves nécessite rapidement un agrandissement. En 1860, l'acquisition d'un terrain à proximité permet d'étendre l'établissement jusqu'au quai Hoche. Un petit pensionnat est alors érigé. L'ensemble est complété dans les années 1870 par deux autres terrains qui permettent d'agrandir, à nouveau, les locaux. L'entrée est désormais située au 10, quai Hoche.

Le pensionnat Saint-Louis-de-Gonzague

Pour les garçons, deux terrains sont achetés en 1862. Le premier situé à l'angle de la rue Louis-Blanc et du boulevard Babin-Chevaye permet d'édifier des locaux scolaires avec cour et préau, dans lesquels la première rentrée a lieu en 1864. Cette première école est expropriée et démolie pour la création de la place de la République. Un nouveau bâtiment est alors construit un peu plus en retrait. Sur le second terrain, un pensionnat voit le jour en 1870. L'ensemble prend le nom de pensionnat Saint-Louis-de-Gonzague. Il est alors dirigé par les frères des écoles chrétiennes, congrégation fondée par Jean-Baptiste de la Salle, et vouée à l'éducation gratuite des enfants pauvres.

Au début du 20e siècle, les deux écoles entrent dans la période tumultueuse des lois anticléricales promulguées entre 1901 et 1905. Les deux établissements doivent fermer leurs portes en 1906. Les bâtiments de l'école des filles sont rachetés en 1912 par la société immobilière de Sainte-Madeleine. L’enseignement peut alors reprendre.

Quant aux locaux du pensionnat Saint-Louis-de-Gonzague, la municipalité Bellamy les attribue à l'école primaire supérieure de jeunes filles (le futur collège Aristide-Briand). Un petit établissement, l'école Saint-Jospeh, ouvert au 26, boulevard Babin-Chevaye, permet d'accueillir les garçons à partir de 1930. Mais sa fréquentation restera toujours moins élevée que celle de l'école des filles.

Nathalie Barré
Archives de Nantes
2021



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Nom des écoles

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Enseignement privé Ile de Nantes École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Joëlle Granier ; Catherine Girault

Vous aimerez aussi

Groupe scolaire de la Chauvinière

Architecture et urbanisme

Situé non loin du carrefour de la route de Rennes et de la rue du Bout des Pavés, le groupe scolaire de la Chauvinière occupe une parcelle trapézoïdale donnant sur le boulevard de la...

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 23/11/2022

843

Interview imaginaire de Julienne David

Société et culture/ Personnalité nantaise

Et si Julienne David répondait à quelques questions imaginées par Thérèse André-Abdelaziz, autrice de Moi, Julienne David : corsaire, nantaise, jamais soumise, que nous dirait-elle...

Contributeur(s) :Thérèse André-Abdelaziz

Date de publication : 19/05/2020

1437

Palais de Justice de Nantes

Architecture et urbanisme/ Les incontournables

Choisi en 1993 lors d’un concours d’Architecture, le projet du Palais de Justice conçu par l’architecte Jean Nouvel a été livré en 2000. Toute l’architecture de cette imposant parallélépipède...

Contributeur(s) :Maison régionale de l'architecture des Pays de la Loire

Date de publication : 07/10/2020

5686