Pierre Louis Athénas (1752 – 1829)
Malakoff - Pré Gauchet

Près de l’école maternelle de la côte d’Or, on peut croiser la souche de « l’arbre aux trois essences ». Cet ancien châtaignier, probablement centenaire et aujourd’hui mort, sert encore de support pour d’autres arbres.

Un arbre intriguant

Cet élément végétal constitue une véritable curiosité de la nature. Il a été surnommé par les habitants « l’arbre aux 3 essences ». Il s’agit d’une souche de châtaignier dans lequel ont poussé un houx et deux bouleaux. La souche de châtaignier semble avoir une centaine d’années. Mesurant 1,8 mètres de haut, et bien que morte, elle sert de support aux trois arbres qui se sont développés sur le dessus, probablement suite à une dissémination de graines par des oiseaux. Le houx et un des deux bouleaux paraissent être âgés de 5 à 6 ans. Un deuxième bouleau a grandi plus récemment et doit avoir 2-3 ans.

L’arbre aux 3 essences

L’arbre aux 3 essences

Date du document : 03-09-2020

Actuellement situé sur le versant nord de la vallée verdoyante du Cens, dans un espace public non clôturé à l’angle entre l’avenue d’Armor et l’avenue José Maria de Heredia, le châtaignier devait délimiter des parcelles agricoles et/ou marquer un cheminement piéton. Ses origines remontent probablement autour du début du 20e siècle.

Son caractère insolite attire aujourd’hui l’attention et permet, par la même occasion, de redécouvrir son environnement et le reste des haies bocagères encore présentes, notamment l’alignement de chênes situés autour de l’école maternelle de la côte d’Or.

Anciennes haies bocagères

Anciennes haies bocagères

Date du document : 03-09-2020

Sur les traces de la vie agricole du quartier

D’après une vue aérienne datant de 1958 croisée avec le plan cadastral de 1835, il est possible de reconstituer le paysage et son environnement passés. Il devait être en bordure de champs, vergers et prairies et composait une haie bocagère le long d’un ancien cheminement qui menait vers le lit du Cens, situé en contre-bas.

Cadastre napoléonien, section D, Pont-de-Cens

Cadastre napoléonien, section D, Pont-de-Cens

Date du document : 1835

Ces champs devaient dépendre de la ferme de la Madeleine, qui était située plus au nord. Ce lieu-dit, qui était à l’origine une ancienne léproserie, est probablement un héritage des bénédictins. Le cheminement, tout comme celui encore existant (situé au carrefour entre l’avenue d’Armor, la rue de l’Hippodrome et la rue François Mauriac) étaient perpendiculaires à la vallée du Cens.

Photographie aérienne quartier du Pont du Cens

Photographie aérienne quartier du Pont du Cens

Date du document : 08-1958

Cet élément végétal insolite est un marqueur du passé agricole de ce quartier et de l’existence de talus et de haies qui marquaient les cheminements piétons et délimitaient les champs.

Amélie Decaux, Chloé Rouillon
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

En savoir plus

Bibliographie

Corbineau, Paul, Guéry, André, Arbres remarquables de Loire-Atlantique, 2020

«  Histoire des quartiers Nord de Nantes – livre 1 - Implantation et vie des lieux de culte », Nantes, AASCEB, novembre 1997

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Amélie Decaux, Chloé Rouillon

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.