Manoir de la Noë
Canal de Nantes à Brest

A

90

Télévision

Contribuer

Contribuer


En matière de télévision, Nantes connaît une double singularité. La première tient à l’organisation de France 3, la seconde aux chaînes privées créées en 2003.

La télévision est longtemps restée en France un monopole d’État fonctionnant de manière centralisée dans le cadre de la RTF (Radiodiffusion-télévision française) puis de l’ORTF (Office de la radiodiffusion-télévision française). En 1964, la RTF crée un centre d’actualités télévisées à Rennes, Télé-Bretagne, puis à Nantes, Télé Loire-Océan, qui diffuse son propre journal télévisé, parallèlement au journal breton. En 1975, à la suite de l’éclatement de l’ORTF, Télé Loire-Océan et le centre du Mans, Télé-Maine-Anjou-Touraine-Perche fusionnent pour devenir FR3 (France Régions 3) Pays de la Loire dont les programmes, jusque-là diffusés sur la deuxième chaîne, le sont désormais sur la troisième. Mais la station dépend de la direction régionale de France 3, située à Rennes.

Depuis 2009, France Télévisions est devenue une entreprise regroupant l’ensemble de l’audiovisuel public, dont France 3 qui s’est réorganisée en 2010, supprimant ses treize directions régionales pour les remplacer par quatre « pôles de gouvernance ». Celui du nord-ouest est localisé à Rennes, confirmant la primauté de la capitale bretonne, mais le bureau régional de Nantes devient autonome. France 3 Pays de la Loire est l’une des 24 antennes métropolitaines de proximité au même titre que France 3 Bretagne.

Au début des années 2000, de nombreuses chaînes de télévision locales voient le jour, parallèlement au service public. Souvent adossées à des groupes de presse régionaux, elles suscitent l’intérêt de bien des élus locaux. Situation unique en France, le Conseil supérieur de l’audiovisuel décide, en 2003, d’attribuer, à des heures différentes, le même canal de diffusion à deux chaînes : Télénantes et Nantes 7. Elles commencent à émettre à la fin de l’année suivante. Télénantes est une station associative financée notamment par la Ville de Nantes et le département de Loire-Atlantique. Nantes 7 est une chaîne privée, successivement portée, au gré des rachats successifs, à côté d’autres actionnaires, par la Socpresse (groupe Hersant), le groupe Dassault, puis Ouest-France. En 2009, les actionnaires refusent de continuer à financer le déficit de la chaîne qui atteint 10 millions d’euros. Le tribunal de commerce décide la reprise de Nantes 7 par Télénantes en conservant la moitié des 30 salariés de la chaîne. Voilà qui témoigne de la fragilité économique des télévisions locales et pose la question du niveau d’engagement des collectivités locales dans de telles entreprises.

Les « web TV » diffusées sur Internet n’exigent pas les mêmes investissements que les télévisions diffusées par voie hertzienne. S’est ainsi créée TV Rezé, qui s’efforce de constituer un réseau de « web contributeurs » dans tous les quartiers de l’agglomération. Les quotidiens régionaux, qui diffusent désormais de courtes vidéos sur Internet, sont attentifs à ces nouvelles possibilités, de même que France 3 dont on peut suivre, en direct ou en différé, les journaux télévisés devant son ordinateur. La télévision n’est plus cantonnée aux « étranges lucarnes » d’antan.

Thierry Guidet
Extrait du Dictionnaire de Nantes
(droits d'auteur réservés)
2018

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Thierry Guidet

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.