Dockers
Gastronomie

Pont de Cheviré

A

1464


Depuis 1948, le plan d'aménagement et de reconstruction établi par Michel Roux-Spitz envisage le franchissement de la Loire en aval de Nantes, au droit de l'île Cheviré. L'île Cheviré ainsi que l'île Botty et l'île-aux-Moutons, deux îles plus petites de la commune de Bouguenais, ont été, depuis la fin du 19e siècle, progressivement raccordées à la rive gauche du fleuve. À la fin des années 1950, le rapport du plan directeur du groupement d'urbanisme de Nantes prévoit « une traversée aval essentielle pour une ville d'estuaire ».

Avant 1991, les liaisons nord-sud se font, en amont du pont, à Nantes, par des ponts urbains, en aval, par les bacs de Loire (Indre, La Montagne) et le pont de Saint-Nazaire, mis en service en 1975. Des solutions de pont basculant, pont tournant et pont levant, mais aussi de tunnel, ont été envisagées à la fin des années 1970. 

Chantier du Pont de Cheviré

Chantier du Pont de Cheviré

Date du document : vers 1988

Un site à fortes contraintes économiques et géologiques

Le pont à construire doit répondre à des prévisions de trafic de 40 000 véhicules par jour. 
À la question du franchissement de la Loire (transits nord-sud urbain, périurbain, national et européen), dans la logique du périphérique nantais commencé dans les années 1970, en aval du port de Nantes, ainsi qu'à celle de la garantie de l'accès de gros navires au port de Nantes, répond la solution d'un pont construit sur une zone plate, mais ayant une hauteur sous tablier importante. La maîtrise d'œuvre du pont est assurée par la Direction Départementale de l'Équipement de Loire-Atlantique. Son financement est assuré par l'État et par le Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple de l'Agglomération Nantaise.

La forme et les modes de portée et de construction du pont tiennent compte des nombreuses contraintes présentes sur le site : franchissement de nombreuses voies urbaines, de la voie ferrée, de la Loire navigable, du parc à bois de Cheviré, proximité de l'aéroport de Nantes-Atlantique, différence des terrains géologiques des rives nord et sud, structure des quais de Roche-Maurice.

Un pont en encorbellement constitué de deux viaducs

Le pont de Cheviré, d'une longueur totale de 1365 mètres, comporte une travée centrale de 242 mètres et assure un gabarit de navigation maritime de 52 mètres au-dessus des plus hautes eaux. Il s'agit d'un ouvrage de type pont à poutres-caisson construit selon la méthode de l'encorbellement, constitué de deux viaducs d'accès en béton précontraint. Le pont comprend 22 piles : 2 piles principales qui encadrent la travée centrale et qui sont implantées au nord sur le quai de la Roche-Maurice, au sud sur l'île Cheviré et 20 piles courantes. La chaussée, supportant deux fois trois voies de circulation, est large de 24,60 mètres avec une pente de 2,5%.

Construction du pont de Cheviré

Construction du pont de Cheviré

Date du document : 09-1990

Un chantier spectaculaire

La partie la plus spectaculaire du chantier a consisté dans le transport depuis Saint-Nazaire, du tablier métallique et surtout à son hissage. Constitué de 77 panneaux réalisés à Châteauneuf-sur-Loire, transportés par voie routière et assemblés par les Ateliers de Construction de Paimbœuf à Saint-Nazaire, il a été déplacé jusqu'à Cheviré, sur une barge construite à cette occasion. Le tablier, de 2 200 tonnes, a été hissé en 27 heures. Il a été positionné par des systèmes de levage prenant appui sur les consoles en béton précontraints des deux piles principales terminées d'abouts métalliques en attente. Une fois le tablier positionné et assemblé aux abouts, l'ensemble a été redescendu sur les appuis définitifs. Le chantier qui a coûté 275 millions de francs, représente un travail de 1 million d'heures pour 200 hommes simultanément sur site. 

Direction du patrimoine et de l’archéologie, Ville de Nantes / Nantes Métropole
Actualisé en 2018

Pont de Cheviré

Pont de Cheviré

Date du document : vers 1991


 

Anecdote : Le tunnel de Cheviré

Le 27 avril 1991, le premier ministre Michel Rocard inaugurait l’ouvrage d’art permettant le franchissement de la Loire à Cheviré, à 52 mètres au-dessus du fleuve. Cette cérémonie aurait pu se dérouler plusieurs mètres sous le chenal navigable si le premier...


Jean-Jacques Hervouët, 2011



La construction du pont de Cheviré

Pont de Cheviré, Début du chantier de construction

1988

Construction du pont de Cheviré

vers 1989

Vue des piles depuis les quais, Au premier plan l'un des piliers centraux.

Construction du pont de Cheviré

vers 1989

Les piles sont coiffées de chevêtres afin de réduire la taille de leur fût au minimum nécessaire.

Construction du pont de Cheviré

vers 1989

Début de la pose de la superstructure sur les chevêtres.

Pose d'un tablier lors de la construction du pont de Cheviré

vers 1989

Philippe Fraleu, dans un souci esthétique afin de faire écho aux chevêtres, a dessiné un socle à la base...

Pose du tablier central du pont de Cheviré

vers 1989

Hissage du tablier central d'une longueur de 242 mètres à 52 mètres au-dessus des plus hautes eaux.

Installation du tablier central du pont de Cheviré

1991

Manoeuvre délicate d'une durée de 27 heures.

Construction du pont de Cheviré

1991

Vue en contreplongée des chevêtres et du tablier une fois le pont terminé.

Inauguration du pont de Cheviré

1991

Inauguration réservée pour l'occasion aux piétons.

Inauguration du pont de Cheviré

1991

La foule s'empare des voies de circulation.

Inauguration du pont de Cheviré

1991

Monsieur Michel Rocard, Premier ministre, coupe le ruban symbolique le 27 avril 1991.

En bref...

Date de construction :

1990

Auteur de l'oeuvre :

Fraleu, Philippe (architecte DPLG) ; Loyer, Pierre (collaborateur d'architecte)

Typologie :

architecture civile publique et génie civil

En savoir plus

Bibliographie

Guillard, Alain (photogr.), Nantes, pont de Cheviré, C.I.D. éd., Saint-Herblain, 1991

"Spécial pont de Cheviré", Les documents de Presse-Océan, hors-série, juin 1991, 15 p. 

Webographie

Lostec, Fabien, "Inauguration du pont de Cheviré", L'Ouest en mémoire, 27 avril 1991

Virlogeux, Michel, « Structure et architecture des ponts », Culture et technique, n°26,1992, pp.182-198

L’Enfer du décor, n°28, 2e trimestre 2011, p. 12

Pages liées

Ponts

Loire

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Aurélie Mathias

Anecdote :

Jean-Jacques Hervouet

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.