Bandeau
Château de l'Eraudière De la digue au comblement : une histoire du fleuve sur le territoire de Nantes Métropole (1/3)

Mariages mixtes et parrainages entre Castillans et Nantais au 15e et 16e siècles


Les Castillans forment un groupe important dans le duché breton à la fin du Moyen Âge. Ils sont sans doute les seuls étrangers à avoir donné naissance à une communauté ayant développé une véritable stratégie d’intégration à long terme.

Les registres des baptêmes conservés aux archives municipales de Nantes fournissent notamment de précieuses indications sur ces stratégies. En effet, dès la première génération, ces Castillans se montrent soucieux d’organiser ou de renforcer un système de clientélisme, qui passe par des mariages et des parrainages.

Des mariages mixtes

Les Castillans utilisent délibérément l’union matrimoniale à la fois pour s’intégrer et s’élever dans l’échelle sociale. Ils épousent le plus souvent des bourgeoises de bonne famille et marient leurs enfants avec des Nantais et des Nantaises. Le couple formé par Guyonne, fille de Radulphe Le Gouz, et Alonso de Mirande constitue un de ces mariages mixtes. La famille Mirande est l’une des plus anciennes familles castillanes installées à Nantes. Quant aux Le Gouz, certains exercent des fonctions dans les finances ducales, d’autres sont marchands et miseurs (comptables municipaux). Après la mort de son premier mari, vers 1500, Guyonne se remarie avec un autre Espagnol, Consallo de Compludo. Leur fille Marie épouse Julien Coué en 1530, un beau parti. Détenteur de trois seigneuries dans le comté nantais, il succède à son père comme secrétaire à la chambre des comptes, probablement au cours de l’année 1531. Il y a donc extension du champ matrimonial à une famille noble.

De multiples parrainages

Au-delà des liens du sang et de l’alliance matrimoniale, la parenté spirituelle ou parrainage  est un moyen d’alliance supplémentaire utilisé par des familles étrangères pour étendre le réseau d’influence. L’usage du parrainage se développe à partir du 13e siècle, ce qui explique la multiplication des parrains et des marraines (appelés aussi compères et commères). Leur nombre est réduit à trois par l’Église au milieu du 13e siècle : le statut synodal de Cambrai stipule que « si l’enfant est un garçon, il faut une femme et deux hommes, si c’est une fille, un homme et deux femmes ». Le fait d’avoir plusieurs enfants permet d’élargir la parentèle. On assiste d’ailleurs à de véritables cumuls de parrainages et de commérages qui contribuent à renforcer les solidarités avec les familles aristocratiques et bourgeoises ou à conforter une alliance déjà établie par le mariage.

Acte de baptême en espagnol

Acte de baptême en espagnol

Date du document : 02-11-1550

Parmi les actes de baptêmes conservés à Nantes, dans les paroisses de Saint-Nicolas ou de Sainte-Croix, trois sont écrits en espagnol, les autres le sont en latin ou en français. De nombreux actes de baptême mentionnent des Castillans ou leurs épouses comme parrains et marraines et/ou comme parents de leurs enfants, qui ont à leur tour des parrains ou marraines nantais ou espagnols. Par exemple, Martin Darande, marié à Jeanne Caradreux, a 10 enfants, donc 30 parrains et marraines, parmi lesquels surtout des membres de l’élite nantaise ainsi que deux Italiens, mais aucun Castillan. Les marchands castillans sont également associés à la bourgeoisie ou noblesse de Nantes en figurant à leur tour comme parrains. Certains collectionnent les parrainages, notamment les épouses des Espagnols. Des prénoms espagnols, comme Alonso, Consallo ou Ferrando, se diffusent ainsi parmi quelques familles nantaises.

Cet article a été initialement publié en janvier 2023 sur le site Bécédia.

Laurence Moal
2024

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Moal Laurence, L’Étranger en Bretagne au Moyen Âge : présence, attitudes, perceptions, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008

Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Association Nantes histoire, 2007

Mémoires des migrations, du Moyen Âge au XXe siècle. Tolérance, intolérance, Catalogue d’exposition, Nantes, 1998

Touchard Henri, Le Commerce breton à la fin du Moyen Âge, Paris, Les Belles Lettres, 1967

Webographie

Article « Les Castillans à Nantes aux XVe et XVIe siècles : un modèle d’intégration ? » sur le site Bécédia Lien s'ouvrant dans une nouvelle fenêtre

Pages liées

Castillans à Nantes aux 15e et 16e siècles

Tags

Migration

Contributeurs

Rédaction d'article :

Laurence Moal

Vous aimerez aussi

Blancs

Événement historique

Désignés, à partir de 1793, par analogie avec la couleur de la monarchie capétienne, les « Blancs », partisans de la monarchie, s’inscrivent dans une hostilité de principe à la Révolution...

Contributeur(s) :David Bensoussan

Date de publication : 03/03/2021

1252

Marie Colombu, maîtresse de la Monnaie de Nantes

Société et culture/ Personnalité nantaise

De 1556 à 1626, la Monnaie de Nantes convertit annuellement en numéraire français des tonnes d’argent extrait des mines de l’Amérique espagnole. Ce faisant, elle assure la prospérité...

Contributeur(s) :Gildas Salaün

Date de publication : 31/08/2022

1176

Cité de la Grande Garenne

Architecture et urbanisme

Dans les années 1960, 200 logements sont construits sur la propriété de la Grande Garenne par l’Office Public d’HLM de Nantes pour les futurs salariés de la nouvelle usine Renault....

Contributeur(s) :Noémie Boulay , Renée

Date de publication : 18/12/2023

18