Bandeau
Colonne de Juillet 1830 Usine Cotelle et Foucher

985

Maison « des Arlequins »


La maison des Arlequins, du nom de l’association sportive qu’elle accueille actuellement, était à l’origine un bâtiment à vocation agricole. La rue de la Bourdonnais où elle est située se trouve sur d’anciennes terres agricoles.

La ruralité du quartier

Sur le plan de Louis Amouroux de 1849, les terres agricoles sur lesquelles sera bâti quelques temps plus tard le bâtiment actuel, portaient le nom de la « petite Chapellerie ». Ces parcelles se situaient en bordure du vieux chemin de Couëron et au sud du village du Pilleux, du nom du ruisseau du même nom. Cet ancien village a longtemps conservé une forte identité rurale. Jusque dans les années 1990, il se caractérise par le regroupement de petites maisons agricoles et de jardins clos de murets de pierres.

En 1875, sur un plan du service vicinal, le secteur sur lequel se situe la maison actuelle est traversé par le vieux chemin de Couëron. En 1908, au moment du rattachement de la commune de Chantenay à Nantes, le vieux chemin de Couëron est désigné comme « chemin vicinal ordinaire n°119 ». Il relie les lieux-dits du Chêne-Plat du Plessis-Gautron et ne prend le nom de rue de la Bourdonnais qu'au début du 20e siècle.

Un bâtiment originel à usage agricole

Ce bâtiment a pu avoir un usage agricole car il était implanté sur des terres agricoles et des pâtures en usage jusqu'au début du 20e siècle.

Sa datation précise n'a pas été retrouvée mais il apparaît sur le plan de Nantes de 1869 dressé par F.J. Pinson.

Il est ainsi possible que le bâtiment ait été remanié au début du 20e siècle sur les bases d'un bâti préexistant pouvant dater de la seconde moitié du 19e siècle.

La maison actuelle bénéficie d'un double accès : un accès principal depuis la rue Jean-Baptiste Vigier, qui forme le square Van Der Stappen à l’avant, et un second par l'arrière, depuis la rue de la Bourdonnais, en passant par le jardin. Elle possède des abris de jardins ainsi qu'un puits.

Aujourd'hui désaffectée, cette habitation appartient à Loire Atlantique Développement et se retrouve enserrée par des îlots bâtis à différentes époques, allant du début 20e aux années 1990-2000. Elle accueille actuellement une association de rugby nantaise appelée « les Arlequins », d'où le nom donné par les habitants.

Amélie Decaux ; Chloé Rouillon
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

 

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Bourdonnais (rue de la) 46, NANTES

Typologie : architecture domestique

En savoir plus

Bibliographie

Hautebert Jacqueline, « Le Quartier du Pilleux... la campagne à la ville », les Annales de Nantes et du Pays Nantais, revue de la société académique de Nantes et de la Loire-Atlantique, n°238, 4ème trimestre 1990, p. 9-11

Pages liées

Dossier : PPP Bellevue – Chantenay – Sainte-Anne

Tags

Bellevue - Chantenay - Sainte Anne Maison

Contributeurs

Rédaction d'article :

Amélie Decaux, Chloé Rouillon

Vous aimerez aussi

La basilique Saint-Donatien et Saint-Rogatien construite dans la seconde partie du 19e siècle permet de remonter aux débuts du christianisme à Nantes. Elle succède à trois autres édifices,...

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 08/02/2019

6471

Dubigeon

Personnalité nantaise/ Les incontournables

Le nom reste inséparable de la construction navale à Nantes, cent ans après la mort d’Adolphe Dubigeon, le dernier à diriger cette affaire familiale. Cinq générations de constructeurs...

Contributeur(s) :Yves Rochcongar

Date de publication : 08/04/2019

5009

Jacques Viot (1898 – 1973)

Personnalité nantaise

Proches des surréalistes, Jacques Viot se veut tour à tour poète, critique d'art, photographe et auteur de scénarios, des activités qui révèlent la richesse de sa personnalité et de...

Contributeur(s) :Chloé Voirin

Date de publication : 13/09/2019

2538