Bandeau
Beaujoire De la digue au comblement : une histoire du fleuve sur le territoire de Nantes Métropole (3/3)

Jules Bonhomme-Colin (1810-?)


Jules Bonhomme, est né à Nantes en 1810.  En 1836 il exerce la profession de « négociant assureur » lorsqu’il épouse Marie Adèle Rose Colin, fille du conserveur nantais réputé Pierre Joseph Colin. Il accole les deux noms et se fait appeler Jules Bonhomme-Colin. Il est associé à l’affaire en 1837 et en prend possession en 1840.

L’envolée

Les choses semblent bien démarrer lorsque Jules Bonhomme-Colin lorsque Jules Bonhomme-Colin reprend l'affaire de son beau-père. Il développe l’entreprise et ses marchés. Le 17 janvier 1842, il achète au Kernével près de Lorient une ancienne presse devenue conserverie, lui permettant un approvisionnement plus facile en poisson et un accroissement de ses capacités. Un article (trop) complaisant explique que Jules Bonhomme-Colin « seul propriétaire maintenant […] a apporté dans l’art de cuire les viandes et les légumes de si incontestables perfectionnements. […] À force de travail et d’intelligence, il a réussi où son prédécesseur avait échoué. » On apprend qu’il expédie chaque année plus d’un million de boîtes de conserves en Russie, Autriche, Espagne, Hollande, Prusse, dans les Indes, en Afrique. « Il vient de passer un contrat avec la marine royale d’Angleterre et un autre pour du bœuf bouilli pour l’armée française d’Algérie ».

La dispersion

Jules Bonhomme-Colin passait-il assez de temps dans son établissement ? Il polémique par voie de presse avec d’autres conserveurs en 1842. Alors que ses affaires montrent des signes de faiblesse, il publie en 1843 Notice sur les conserves alimentaires et sur leur application possible à la nutrition de la marine, l'armée, les classes ouvrières, les hôpitaux et les prisons qui est plus un autosatisfecit qu’un ouvrage utile. À cette date, il comparait aussi pour une suspicion de fraude à l’assurance dans des parts de navire. Et il se lance dans un vaste projet d’aménagement des dunes et falaises d’Escoublac dont il obtient la concession !

Couverture de l’ouvrage « Notice sur les conserves alimentaires et sur leur application possible [...] » de Jules Bonhomme-Colin

Couverture de l’ouvrage « Notice sur les conserves alimentaires et sur leur application possible [...] » de Jules Bonhomme-Colin

Date du document : 1843

Un côté « flambeur » puis la chute

Plusieurs sources et documents laissent penser que Jules Bonhomme-Colin menait grande vie (domesticité déclarée, notes de frais citées dans un procès, immobilier, et inventaires suite aux faillites). Mais ce serait surtout une évaluation exagérée de ses biens, une valorisation excessive des stocks et la fuite en avant devant ses créanciers qui aient conduits à la faillite. Habile, malgré l’ultimatum des créanciers en avril 1843, il réussit à prolonger son activité encore quelques mois en utilisant la réputation et le savoir-faire de son beau-père. Mais rien n’y fait ; le 16 septembre, la faillite est prononcée.

Extrait du « Lloyd Nantais » annonçant la faillite de la conserverie Colin

Extrait du « Lloyd Nantais » annonçant la faillite de la conserverie Colin

Date du document : 02-10-1843

Il se bat, conteste, écrit et supplie le Président de la Cour, le Procureur du Roi, mais la chute est certaine et les liquidateurs se mettent au travail. Sa femme demande la séparation de biens début 1844. Ils quittent la rue des Salorges pour la rue Belle-Image.

Extrait du « Courrier de Nantes » annonçant la vente de maisons et dépendances servant à la conserverie Colin

Extrait du « Courrier de Nantes » annonçant la vente de maisons et dépendances servant à la conserverie Colin

Date du document : 14-11-1846

La fuite

Jules Bonhomme-Colin tente de nouvelles activités dès août 1845 en constituant avec un autre Nantais, Canuet de Lonjon, la « Société française africaine » dont le but est « l’établissement dans les quinze principales villes de France et spécialement en Algérie d’une administration générale des intérêts litigieux et contentieux, civils, commerciaux et administratifs ». Puis quelques mois après, toujours avec le même associé, ils créent l’« Alliance paternelle », compagnie d’assurances mutuelles contre les chances du recrutement. Nous ne sommes plus dans la conserve ! Les querelles sont permanentes entre les deux associés ; par manque de résultats, l’activité cesse moins d’un an après. Plusieurs plaintes sont déposées pour escroquerie. Les deux associés sont jugés et condamnés. La condamnation est confirmée et alourdie par la Cour d’Appel de Rennes le 26 août 1847 pour Jules Bonhomme-Colin (3 ans de prison) et Canuet de Lonjon (2 ans de prison). Les deux intéressés fuient en Belgique le lendemain. À partir de cet événement, on perd leur trace.

Laurent Venaille
Association « La conserve des Salorges à la Lune »
2024

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Colin

Conserveries

Tags

Conserverie Industriel Agroalimentaire

Contributeurs

Rédaction d'article :

Laurent Venaille

Vous aimerez aussi

Hôtel de Ville

Les incontournables/ Architecture et urbanisme

Jusqu’à la fin du 16e siècle, les séances du Conseil des Bourgeois se tiennent dans différents lieux de la ville intra-muros. Il faut attendre 1578 pour que la communauté de ville s’installe...

Contributeur(s) :Catherine Olart , Xavier Trochu

Date de publication : 13/09/2019

3603

Félix Fournier (1803 – 1877)

Personnalité nantaise

Issu d’une famille de colons de Saint-Domingue ruinée par la Révolution, Félix Fournier (Nantes 1803 -Rome 1877) étudie au Petit puis au Grand séminaire où il enseigne la philosophie...

Contributeur(s) :Marcel Launay

Date de publication : 10/12/2020

1535

Gaz

Société et culture

En 1837, la Compagnie européenne du gaz, basée à Londres inaugure une usine de production quai des Tanneurs.

Contributeur(s) :Pierre Chotard

Date de publication : 25/02/2019

2122