Hôtel particulier puis Usine d’Entremets Plaisance
Interview imaginaire de Julienne David

A

66

Immeuble Grandjouan

Contribuer

Contribuer


L’histoire de la famille Grandjouan, depuis le 19e siècle, est étroitement liée à celle du quartier de la place de la République. Aux n° 2 et 3 de la place se dresse un immeuble construit en 1890 par un frère et sa sœur, à la demande de leur mère.

Une famille fortement implantée dans le quartier République

Vers 1835, les frères Julien et François Grandjouan quittent la ferme paternelle du Pé de Buzay (au Pellerin) pour venir s’installer en ville. François, le cadet, né en 1815, a un fils, Paul, qui sera la souche de la branche « Paul », les transporteurs au logo en fer à cheval bien connu des Nantais, qui développeront aussi une activité « jaille » et qui n’ont aucun rapport avec l’immeuble de la place de la République. Julien, l’aîné, né en 1813, s’installe avec femme et enfants dans une maison de quatre pièces avec remise, écurie et grenier, rue de la Prairie aux Ducs. Il est locataire. Il habitera ensuite rue Madeleine, toujours comme locataire.

En 1861, les frères Grandjouan sont propriétaires d’une maison à étages rue de La Tour-d’Auvergne mais résident dans une autre maison de la même rue, dont ils sont locataires. À cette époque, Julien est « voiturier » et son épouse « herbagère ». Un chantier de charbon leur est aussi loué place François II. En 1866, les frères auront prospéré et seront propriétaires de plusieurs biens dans ce quartier de la Prairie aux Ducs (aujourd’hui quartier République). Julien meurt en 1875 dans sa maison de la place François II. Sa seconde épouse décédera 18 ans plus tard, chez elle au n°2 place de la République.

Plan du quartier de la place de la République

Plan du quartier de la place de la République

Date du document : 20e siècle

Elle fait donation à ses enfants survivants, Jules et Joséphine, de plusieurs lots, dont « un terrain servant de chantier ayant façades sur la place de la République, sur le boulevard Babin-Chevaye et sur la rue Alain Barbe-Torte, ce terrain entièrement clos et d’une contenance superficielle de 4178 mètres carrés borné »…

La construction de l’immeuble

« Pour se conformer à l’obligation imposée par leur mère, ses deux enfants donataires (Joséphine Grandjouan épouse Ecomard et Jules Grandjouan) se partagent les immeubles cédés avec une façade égale sur la place de la République. » Jules et Joséphine décidèrent, selon le vœu de leur mère, de construire ensemble l’immeuble actuel de cinq étages s’étalant sur tout un côté de la place de la République. Ils en posséderaient chacun une moitié. La construction commença en 1890. La ville lui attribua les numéros 2 et 3 de la place.

Plan de la façade de l’immeuble Grandjouan

Plan de la façade de l’immeuble Grandjouan

Date du document : sans date

Joséphine vécut jusqu’en 1947. Ses nombreux héritiers se sont partagés l’immeuble du n°2. Jules (Julien-Jules-Paul) fut propriétaire au cours de sa vie de plusieurs sociétés dont « La Loire Fluviale » qui gérait un services de dragues – que les Nantais appelaient Marie-salopes – qui suçaient et repoussaient le sable du lit de la Loire. À sa mort, il est « entrepreneur de transport » et président du syndicat des entrepreneurs du port de Nantes. Sa dernière société de transport créée en 1910 entre lui et ses deux fils Lucien et Maurice sera dissoute en 1917, après la mort de Lucien en 1915 et peu avant celle de Maurice en juin 1918. Jules mourra le 1er novembre 1918. Son épouse Marie-Louise décédera accidentellement en 1921.

Immeuble Grandjouan

Immeuble Grandjouan

Date du document : sans date

De génération en génération

La veuve de Lucien, Émilie (née Moitié, fille d’Adolphe Moitié, maire de Nantes) rachète, parmi les immeubles dépendant de la succession de Marie-Louise, celui de la place de la République, au profit de ses trois enfants. Cet immeuble faisant partie du lot revenant à Lucien Grandjouan, son défunt mari.

Famille Grandjouan à l'occasion des fiançailles de Lucien et Émilie Grandjouan

Famille Grandjouan à l'occasion des fiançailles de Lucien et Émilie Grandjouan

Date du document : vers 1905

Ses trois enfants, Lucien fils, Pierre et Simone sont adjudicataires pour un tiers chacun. Ils resteront propriétaires indivis jusqu’en 1962. Cette année-là, l’aîné, Lucien, rachètera son tiers à sa sœur Simone, et, plus tard rachètera le dernier tiers à son frère Pierre : il se retrouvera ainsi le seul propriétaire de la moitié gauche de l’immeuble (n°3), Simone et Pierre n’ayant pas de descendants. Au décès de Lucien en 1981, son épouse reste usufruitière. En 1986, elle partagera l’immeuble entre ses six enfants.

Article extrait de La Lettre de Nantes Renaissance, n°81, mai 2012

Anne Grandjouan
Nantes Renaissance
2012


Témoigne (1/3) : des occupants indésirés

En 1940, j’habitais avec mes parents et mon frère au 2e étage du n°3 de la place de la République. Ma grand-mère Émilie Moitié habitait au 3e. Notre appartement avait été réquisitionné par les Allemands. Quand j’y suis revenue en 1941 après une appendicite,...

Anne Granjouan

Témoigne (2/3) : détruit par les bombes

Après le grand bombardement du 16 septembre 1943 sur Nantes, il [le père d’Anne] décide de déménager de Nantes quelques meubles et de les emporter à Ingrandes, avec un camion à gazogène prêté par un ami. Nous sommes le 23 septembre. Arrivés à Nantes en...

Anne Granjouan

Témoigne (3/3) : la renaissance

Lucien Grandjouan et son frère Pierre (après son retour d’Allemagne où il fut prisonnier pendant quatre ans) mettront près de huit ans pour faire reconstruire l’immeuble sur des plans intérieurs identiques à ceux de leur construction initiale, par Philippe...

Anne Granjouan


En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Anne Grandjouan

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.