Bandeau
Fontaine de la place Royale Rue Raspail

2226

Entrepôt des cafés


Le quartier de l'Entrepôt tient son nom du premier édifice construit en bordure de son axe principal : l'entrepôt des cafés.

Un entrepôt à l'arrière du port

En 1784, Duparq, Mellinet et Crucy, les promoteurs du nouveau quartier, décident d’édifier un grand entrepôt des cafés, denrée coloniale dont le trafic est alors en plein essor sur le port de Nantes. Cet emblématique entrepôt, qui va donner son nom à l’avenue centrale du lotissement (chaussée puis rue de l’Entrepôt avant d’être nommée rue Lamoricière en 1874) et à l’ensemble du nouveau quartier, ne va pourtant garder que peu de temps sa fonction première.

Représentation de l'ancien entrepôt des cafés réalisée par Perrin

Représentation de l'ancien entrepôt des cafés réalisée par Perrin

Date du document : début du 20e siècle

La tourmente révolutionnaire

L’entrepôt des cafés est réquisitionné pour servir de prison à l’apogée de la Terreur nantaise. Hiver 1793-1794. La ville, que Canclaux a défendue victorieusement le 29 juin précédent contre l’attaque de l’armée vendéenne, doit faire face à l’afflux de militaires en grand nombre, de réfugiés venus des campagnes et de milliers de prisonniers. Une population en surnombre qui provoque une grave pénurie alimentaire. C’est dans ce contexte qu’arrive Jean-Baptiste Carrier, représentant en mission de la Convention nationale.

Porche de la conciergerie de l'ancien entrepôt des cafés

Porche de la conciergerie de l'ancien entrepôt des cafés

Date du document : 2015

La masse des prisonniers vendéens, restes de la Grande armée catholique et royale, capturés par les Républicains va être enfermée dans ce bâtiment de vastes dimensions, choisi pour sa fonctionnalité.

De 8 000 à 9 000 « Vendéens », d’Anjou, du pays nantais, du Poitou, hommes, femmes et enfants, y seront entassés dans des conditions effroyables. Surpeuplement, insalubrité, famine, épidémies… ce fut selon Carrier « l’antichambre de la mort ».

Transformé en caserne de lanciers sous la Restauration, l’ancien entrepôt des cafés est détruit par un incendie en 1839. De ce vaste bâtiment de trois étages plus un grenier ne subsiste que le porche de la conciergerie, au 2 rue Lamoricière.

Philippe Bouglé
Groupe mémoire
2016

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Lamoricière (rue) 2, NANTES

Date de construction : 1784

Auteur de l'oeuvre : Duparq, Mellinet et Crucy

Typologie : architecture artisanale, commerciale et tertiaire

En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Du quai de la Fosse vers Mellinet-Canclaux, Ville de Nantes, Nantes, 2016 (coll. Quartiers à vos mémoires)

Pages liées

Rue Lamoricière

Tags

Architecture artisanale, commerciale et tertiaire Dervallières - Zola Révolution française

Contributeurs

Rédaction d'article :

Philippe Bouglé

Vous aimerez aussi

École François Dallet

Architecture et urbanisme

Ouverte en 1913, l’école François Dallet se distingue des autres écoles nantaises par son architecture particulière. Inspirée du mouvement « Arts and Craft », elle est l’œuvre...

Contributeur(s) :Delphine Gillardin

Date de publication : 19/01/2023

894

Salle Vasse

Architecture et urbanisme

18 rue Colbert, derrière une façade discrète, la salle Vasse incarne depuis plus de cent ans une histoire du théâtre populaire. Dirigée depuis 1989 par la compagnie Science 89, elle...

Contributeur(s) :Gaëlle Caudal , Théâtre Francine Vasse , Aurélie Mathias ...

Date de publication : 08/03/2019

4221

Michelle Palas (1942 – 2015)

Personnalité nantaise

Infatigable militante pour son quartier de Bellevue, Michelle Palas a fait de l’entraide et de la solidarité les principes fondamentaux de son engagement.

Contributeur(s) :Cécile Gommelet

Date de publication : 09/07/2021

1282