Bandeau
Niches et statuettes votives Fresque Montaudouine

1343

École primaire de la Mutualité


Alors que Chantenay a inauguré son réseau d’écoles publiques dès les années 1860, la situation démographique au début du 20e siècle implique que la commune lance de nouvelles constructions. En 40 ans, entre 1861 et 1901, la population de Chantenay a presque triplé.

Dans la foulée de l’inauguration de l’école de la Fraternité, le Conseil municipal de Chantenay vote le 25 décembre 1904 le principe de la création d’une nouvelle école primaire de garçons et d’une nouvelle école de filles comprenant chacune cinq classes. Il est prévu d’accueillir un total de 500 élèves, venant des écoles privées mais aussi des écoles publiques de Chantenay surchargées.

Le temps du projet (1904-1908)

Le 25 mars 1906, le Conseil municipal fait approuver le projet chiffré des deux nouvelles écoles. L’emplacement pressenti est situé un peu à l’ouest de la nouvelle mairie. Il correspond à un terrain, propriété du maire Paul Griveaud qui est prêt à le céder gratuitement, et signe une promesse de vente avec la commune en avril 1907.

Le 11 août 1907, le Conseil municipal appelle l’attention du préfet de Loire-Inférieure sur les retards portés à l’examen de la construction des deux écoles primaires. Les élus interpellent sur l’urgence à réaliser ce projet alors qu’ils sont confrontés à la surcharge des classes des écoles publiques.

Un arrêté préfectoral du 9 novembre 1907 prescrit l’enquête publique. Puis la préfecture autorise la commune à acquérir le terrain de M. et Mme Griveaud : la transaction se fait à titre onéreux pour les emplacements des écoles, à titre gratuit pour l’emprise de la nouvelle rue qui les desservira.

Le 20 janvier 1908, la commune traite de gré à gré pour la construction des murs de clôture des deux écoles à édifier, l'ouverture d'une rue entre les bâtiments scolaires et le forage d'un puits les desservant. Le 12 mars 1908, les travaux de construction sont adjugés aux entreprises. À partir du 5 avril 1908, date de la promulgation de la loi d’annexion de Chantenay à la Ville de Nantes, le suivi du chantier est assuré par la commune de Nantes. Les travaux sont réalisés dans un temps très réduit puisque les deux écoles ouvrent le 28 septembre 1908. Outre les classes primaires, l’école de filles est pourvue d’une classe enfantine mixte.

Une « architecture de gare »

Situées de part et d’autre d’une rue de 150 mètres de long sur 10 mètres de large, les deux écoles de filles et de garçons sont construites en vis-à-vis selon un plan symétrique. Le plan dressé par l’architecte de la Ville, Chauvin, s’inspire de celui de l’école de la Fraternité réalisée quatre ans plus tôt.

Parallèle à la rue, la façade de l’école de garçons s’étire sur plus de 100 mètres. L’école est composée d’un bâtiment central, qui à l’origine abritait les logements du directeur, des instituteurs et la conciergerie. Ce corps central est prolongé, de part et d’autre, par deux ailes comprenant les salles de classes. De l’autre côté de la rue, l’école de filles reprend la même composition d’ensemble, même si sa façade est ramenée à 95 mètres.

Les bâtiments d’entrée, sur deux niveaux, sont marqués au centre par leur entrée monumentale surmontée de l’inscription « École publique de filles » ou « École publique de garçons », et d’un entablement horizontal à corniche saillante. Les ailes qui correspondent principalement aux bâtiments d’enseignement sont traitées sur un seul niveau, mais du fait de la déclivité du terrain, un niveau de caves est visible côté sud. Les classes sont éclairées par de vastes baies qui s’égrennent tout le long de la rue. Côté cour, les façades sont composées de la même manière que côté rue, à ceci près que les salles de classes qui communiquent avec la cour sont dotées de portes fenêtres qui alternent avec les baies. Une marquise court sur toute la façade.

Le matériau de construction principal est le granite « bleu ». L’élévation comprend un soubassement de granite utilisé dans un appareil régulier, le reste de la façade est composée de moellons de granite aux formes irrégulières. Les encadrements de fenêtres sont traités en bichromie, grâce à l’association de la pierre de taille et de la brique.

La forme et le plan de ces bâtiments ne sont pas sans rappeler ceux des gares de voyageurs en vogue à la même époque. Il s’agit d’une architecture avant tout fonctionnelle, mais monumentale.

La marque de la municipalité Griveaud

Voulue par le maire Paul Griveaud, cette école s’inscrit dans un quartier nouveau dont les noms de rue renvoient à l’héritage révolutionnaire.

Outre la place de la Nation, le boulevard de ceinture rebaptisé boulevard de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, les aspirations républicaines de la municipalité s’expriment encore dans le choix du nom de la rue de cette nouvelle école. La rue de la Mutualité qui a donné son nom à l’établissement scolaire, rappelle l’importance accordée au secours mutuel et à l’entraide en faveur des ouvriers.

La construction de l’école de la Mutualité n’est d’ailleurs pas le seul exemple d’établissements public au service des Chantenaysiens.

La nouvelle mairie, les écoles, la cantine scolaire, les fourneaux alimentaires, l’hôpital public sont autant de projets d’un vaste programme politique en faveur de la population.

Delphine Gillardin, Irène Gillardot
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Localisation : Mutualité (rue de la) 2, NANTES

Date de construction : 1908

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Bibliographie

Archives Municipales de Nantes, Le Chantenay de Griveaud, 2004

Documentation

Pages liées

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Bellevue - Chantenay - Sainte Anne Laïcité École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Delphine Gillardin, Irène Gillardot

Vous aimerez aussi

Du Moyen Age au 19e siècle, sur les flancs des îlots rocheux, les communautés des faubourgs de la ligne des ponts se sont structurées dans des hameaux avec des habitats étagés le long...

Contributeur(s) :Julie Aycard , Julien Huon

Date de publication : 17/02/2021

1402

Pollution de l'Erdre

Géographie et biodiversité

« Face à la pollution de la rivière, faut-il remblayer l’Erdre ? », s’insurgeait, il y a quelques années, la Fédération des Amis de l’Erdre. Disparition de la végétation, pollution,...

Contributeur(s) :Louis Le Bail

Date de publication : 11/12/2020

2275

Hippodrome du Petit-Port

Architecture et urbanisme

Encore en activité aujourd’hui, l’hippodrome du Petit-Port de Nantes est inauguré en 1875. Il est construit sur une grande propriété et est alors adjacent à un terrain militaire.

Contributeur(s) :Amélie Decaux , Chloé Rouillon , Noémie Boulay ...

Date de publication : 29/09/2021

2633