Bandeau
Ancien marché Lamoricière Gigant

578

Cités HBM du quartier des Ponts


La politique du logement de l’entre-deux-guerres est conduite dans le souci d’offrir un logement décent à la classe ouvrière et de régler le problème de l’insalubrité. En décembre 1912, la loi Bonnevay promulgue la création des Offices Publics d’Habitat à Bon Marché (OPHBM). Cette loi règle les modalités d’intervention des communes et de l’État pour l’aménagement, la construction et la gestion des HBM. Le 21 février 1913, Paul Bellamy, maire de Nantes, crée un OPHBM, le deuxième après celui de la Rochelle, et inaugure ainsi une période d’initiative municipale en matière de logement.

Un programme réalisé dans le cadre de la loi Loucheur

Promulguée le 13 juillet 1928, la loi Loucheur encadre un programme quinquennal de construction de 260 000 logements dont plus d’un cinquième à loyer modéré. En offrant des prêts à des taux attractifs, ce nouveau cadre législatif impulse un vaste plan de construction de logements sociaux sous la houlette de l’OPHBM.

Dès 1928, la municipalité entend profiter dans la plus large mesure possible des avantages de cette loi pour remédier à la crise du logement qui sévit à Nantes. Le concours financier apporté par la Ville permet à l’OPHBM de mettre sur pied deux programmes de construction de logements sociaux à l'échelle de la ville. Le premier encadre l’édification de deux cités-jardins et de 300 logements entre 1928 et 1930, tandis que le second vise la construction de 600 logements entre 1931 et 1933.

Trois cités vont ainsi voir le jour dans le quartier des Ponts au cours de cette décennie, deux au cœur même du faubourg et la troisième, plus excentrée, en bordure du boulevard Gustave-Roch.

Les cités Conan-Mériadec et Babin-Chevaye

Le 3 octobre 1928, le conseil municipal prend l'initiative de remettre à l'Office divers terrains communaux susceptibles d'être utilisés pour l'application, à bref délai, de la loi Loucheur. Les terrains ainsi cédés doivent obligatoirement servir à la construction de logements HBM.

Un terrain communal de 1 930 m², situé rue Conan-Mériadec, est alors cédé afin d’édifier un immeuble d’une cinquantaine de logements. Cette opération, confiée à l'architecte André Chauvet, symbolise un nouveau modèle de construction d’habitat social : le passage d'une conception individuelle du logement, qui était la règle du mouvement HBM, vers un modèle collectif.

Cité HBM Conan-Mériadec

Cité HBM Conan-Mériadec

Date du document : 2021

L'habitat collectif doit toutefois répondre à certaines nécessités : « Il semble raisonnable de ne prévoir que deux étages au-dessus du rez-de-chaussée, l'entassement des enfants ayant de graves conséquences en cas d'épidémie et les mères de famille ne pouvant, sans excès de fatigue, gravir chaque jour, un trop grand nombre d'étages pour accéder à leur logement. » L'architecte ne suit pas cet avis et propose un immeuble de trois étages, dessiné autour d'une cour centrale, et qui présente les traits de l'architecture domestique du début du 20e siècle : forme des baies, utilisation de la brique et du pan coupé, dessin des toitures et charpentes. Au total, l'immeuble abrite 55 logements composés pour la plupart de quatre pièces, sans sanitaires individuels. Les toilettes sont partagées sur le palier, tandis que la douche est prise dans l'établissement de la rue Michel-Rocher.

Le programme de construction de l’Office de 1932 complète cette première initiative avec la construction d’un autre immeuble sur une partie du terrain de l'ancienne Raffinerie de l'Ouest, non utilisée lors de la construction des bains-douches. D'une superficie de 865 m², ce dernier forme un quadrilatère presque régulier entre les rues Michel-Rocher, Conan-Mériadec et le boulevard Babin-Chevaye. Achevée en 1935, la construction de cet immeuble collectif à cour est menée à bien par l'architecte Henry Fleury. Composée de 42 logements, la cité présente une typologie analogue à sa voisine de la rue Conan-Mériadec, mais avec une décoration beaucoup plus simple.

Cité HBM Babin-Chevaye

Cité HBM Babin-Chevaye

Date du document : 2018

La cité Gustave-Roch

En mai 1930, un terrain de 8 000 m² est acquis en bordure du tout nouveau boulevard Gustave-Roch. Conçu par l’architecte Gérard Guénault, le programme prévoit la construction de la cité sur deux zones. La première, constituée d’une longue barre, percée d’un porche colossal et longeant toute la longueur de la parcelle sur le boulevard, est destinée à la construction d'un immeuble collectif en HBM améliorées de 56 logements et de sept magasins en rez-de-chaussée. La seconde concerne un groupe de quatre immeubles collectifs en HBM ordinaires de 126 logements : trois maisons collectives implantées parallèlement à l'intérieur du terrain et une quatrième construite en bordure de la voie ferrée. La conception initiale prévoyait également une crèche-garderie qui ne verra finalement pas le jour. Un terrain de jeux prendra sa place.

Plan initial de la cité HBM Gustave-Roch

Plan initial de la cité HBM Gustave-Roch

Date du document : 25-01-1932

Les travaux démarrent en 1935 mais sont ralentis, dans un premier temps, par les hausses importantes des prix de la construction consécutives aux mesures sociales du Front populaire, puis pendant la guerre, par les bombardements de septembre 1943. Le chantier de la seconde zone est achevé en 1947. À l’instar des autres cités HBM conçues au cours des années 1930, les 174 logements (au lieu des 182 initialement prévus) de la cité Gustave-Roch ne sont pas équipés en sanitaires.

Vue aérienne du quartier des Ponts du nord vers le sud

Vue aérienne du quartier des Ponts du nord vers le sud

Date du document : 1958

En 1935, le projet de construction de la cité Gustave-Roch parachève le programme de l’Office dans le quartier. La construction de cette dernière, concomitante à celle de l’Hermitage sur la Butte Sainte-Anne, révèle une volonté de conduire des projets à plus grande échelle à partir du milieu des années 1930.

Nathalie Barré – Archives de Nantes
2022

 



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Archives de Nantes, Le quartier des Ponts, coll. Quartiers, à vos mémoires, Nantes, 2021

La construction d'un patrimoine de l'Office public d'H.B.M. à Nantes Habitat : 1913-1993, HALGAND (Marie-Paule) ; PASQUIER (Elisabeth), Nantes Habitat, 1993

Pages liées

Paul Bellamy

Cité HBM Hermitage

Dossier : le quartier République – Les Ponts

Tags

Immeuble Logement social et grand ensemble Republique-Les Ponts

Contributeurs

Rédaction d'article :

Nathalie Barré

Témoignage :

Daniel Enfrein ; Dominique Hervouët

Vous aimerez aussi

Le Phare de la Loire

Société et culture

Décembre 1851 : les Mangin père et fils dénoncent dans un éditorial du National de l’Ouest le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Pour échapper à l’interdiction de paraître, ils...

Contributeur(s) :Jean-Charles Cozic

Date de publication : 05/09/2019

3074

Saint-Philibert

Événement historique

Le naufrage du Saint-Philibert, l’une des plus grandes catastrophes maritimes contemporaines, a marqué de façon durable la mémoire nantaise mais, paradoxalement, il n’a pas recueilli...

Contributeur(s) :Alain Bergerat

Date de publication : 10/06/2021

2520

L'histoire des armoiries de la ville de Nantes commence au 14e siècle avec le sceau de l'ancienne prévôté, sceau qui représente le duc de Bretagne dans une frêle embarcation, brandissant...

Contributeur(s) :Véronique Guitton

Date de publication : 11/06/2020

6986