Baco
Cimetière privé Durand-Gasselin

A

39

Chapelle Saint-Étienne


Construite au début du 6e siècle, la chapelle Saint-Étienne est le plus ancien édifice religieux du diocèse de Nantes. Elle se trouve à quelques mètres de la basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, bâtie à partir de la fin du 19e siècle.

La chapelle est érigée en l'honneur de saint Étienne. Juif helléniste, saint Étienne est le premier martyr de la chrétienté. Il est l'un des premiers disciples de Jésus et l'un des sept diacres de Jérusalem nommés par les apôtres. Accusé d'avoir blasphémé contre Dieu et Moïse, il est lapidé en 35 ap. J.-C. Son culte se répand durant les 4e et 5e siècles. Saint Étienne est considéré comme le protecteur des diacres, des frondeurs, des maçons, des tailleurs de pierre, des paveurs et des sculpteurs sur pierre.

Chapelle Saint-Étienne

Chapelle Saint-Étienne

Date du document : 29-04-2021

Un édifice en hommage au premier saint chrétien

Au 5e siècle, alors que des reliques appartenant à saint Étienne sont découvertes, il devient coutumier d'élever des chapelles pour les abriter. Ainsi, à Nantes, l'évêque Épiphane décide de la construction de la chapelle pour y accueillir la mandibule supérieure du saint qu'il ramène d'un pèlerinage à Jérusalem.

De par la présence de cette relique, la chapelle devient un lieu de pèlerinage. Un puits à l'extérieur permet aux fidèles de se laver les mains avant de rentrer dans la chapelle. On peut aussi y observer une statue polychromée et en bois plein de saint Étienne. Mais en 1793, lors de la Révolution française, la statue, ainsi qu'une cloche installée en 1710 dans le campanile, se volatilisent et la chapelle est vendue comme bien national. Alors que l'église paroissiale est brûlée, la chapelle est utilisée comme église provisoire grâce au prolongement de la nef par un bâtiment de fortune démoli depuis. Au début du 19e siècle, la chapelle retrouve finalement sa statue, et celles de saint Georges et de saint Agapit. La relique de saint Étienne, déplacée entre temps à la cathédrale, disparaît à cette période.

Intérieur de la chapelle Saint-Étienne

Intérieur de la chapelle Saint-Étienne

Date du document : 12-2008

Une construction gallo-romaine modifiée au fil du temps

La chapelle est de forme rectangulaire, elle mesure 17,50 mètres de long par 7,50 mètres de large et est coiffée d'un toit à double versant haut de tout juste 8 mètres. À partir du 15e siècle, elle subit plusieurs transformations. Sa façade est notamment remaniée dans le style néoclassique au 18e siècle. Au début du 20e siècle, l'architecte Georges-Henri Ferronnière remet à jour les maçonneries extérieures et la voûte et effectue une restauration intérieure. Mais ces modifications au cours des siècles ne l'ont pas empêchée de conserver ses dimensions, ainsi que son mur occidental et une partie de son mur de chevet d'origine.

Mur occidental de la chapelle Saint-Étienne

Mur occidental de la chapelle Saint-Étienne

Date du document : 2008

On y observe un appareil typique de l’Antiquité dit en « Opus Vittatum Mixtum », semblable à la muraille d’enceinte gallo-romaine, et que l’on distingue grâce à ses petites pierres cubiques, mal équarries, rangées parallèlement, et soulignées de distance en distance par des cordons et des assises doubles de briques rouges, liées de ciment un peu rosé de l’époque gallo-romaine.

Détail du mur occidental de la chapelle Saint-Étienne

Détail du mur occidental de la chapelle Saint-Étienne

Date du document : 2008

Découvertes archéologiques

De premières fouilles archéologiques sont menées par l'abbé Cahour en 1878 et permettent la mise à jour d'une nécropole païenne gallo-romaine à incinérations et d'une nécropole chrétienne, également à incinérations. En 1883, l'archéologue Léon Maître relie les maçonneries visibles de la chapelle aux restes d'une villa gallo-romaine qui était sans doute la demeure familiale et le lieu d'inhumation des deux frères martyrs nantais saint Donatien et saint Rogatien, tués vers 304 dans l'actuelle rue Dufour, très proche de la chapelle. À partir du début du 20e siècle, on trouve au fond de la chapelle les deux croix en bois qui avaient été placées, au cours du 19e siècle, à l'endroit où Donatien et Rogatien avaient été exécutés, sans doute le n°63 de la rue Dufour. Construite entre 1872 et 1889, la basilique voisine de la chapelle porte leurs noms. La chapelle Saint-Étienne se trouve désormais au cœur du cimetière Saint-Donatien.

Chapelle Saint-Étienne

Chapelle Saint-Étienne

Date du document : 29-04-2021

Classée monument historique

La chapelle devient une propriété de l'État en 1912 mais très vite, elle n'est plus utilisée pour le culte, son délabrement s'accentuant inexorablement au fil du temps. Il pleut désormais dans l'édifice, dont le toit est percé. En 1963, Pierre-Marie Auzas, inspecteur principal des monuments historiques, demande la protection et le classement de la chapelle au directeur de l'Architecture de l'époque. En 1968, la chapelle est mise à la disposition du Service Régional de l'Archéologie, dont elle devient un lieu de stockage. Puis, en 1969, la commission supérieure des monuments historiques reconnaît l'intérêt de l'édifice et le 26 décembre 1984, elle l'inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

En 1983, la Ville de Nantes effectue des travaux de réfection de l'encadrement en pierre de tuffeau du portail d'entrée, ainsi que sur la porte en bois. En 1998, de nouveaux travaux de restauration ont lieu sur la façade sud-ouest de la chapelle et sur son portail.

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2021

En bref...

Localisation :

Enfants Nantais (place des) 1 ; chapelle, NANTES

Typologie :

architecture religieuse

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Cécile Gommelet

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.