Bandeau
Ancienne église Saint-Médard de Doulon Nantes la bien chantée : La belle aux cheveux tressés

265

Association pour la Conservation de la Mémoire de l'École à Nantes et en Loire-Atlantique (ACMENELA)


Depuis 1984, l’Association pour la Conservation de la Mémoire de l'École à Nantes et en Loire-Atlantique (ACMENELA) étudie, conserve et valorise le patrimoine scolaire. Elle dispose d’une classe ancienne reconstituée à l’école de Longchamp.

L’ACMENELA se donne pour mission de mettre en valeur, d’entretenir et d’enrichir une importante collection d'objets qui témoigne de l’École de la Troisième République jusqu’aux années 1960. Sa classe ancienne n’est cependant pas un musée : les visiteurs sont invités à manipuler et réaliser des activités comme l’écriture à la plume. Ce n'est pas non plus un lieu de nostalgie, mais de compréhension de ce qu'a été l’École de la Troisième République (1870-1940).

La création de l’ACMENELA

Dans les années 1980, la préparation des expositions pour le centenaire des lois de l’ancien ministre de l’Instruction publique Jules Ferry (1832-1893) s'est heurtée à la disparition, voire la destruction de mobilier scolaire et de matériel pédagogique. Quelques enseignants du public et du privé ont voulu préserver le patrimoine de la région nantaise, témoignage du passé scolaire dans le département.

Le tout premier projet autour de la conservation de la mémoire de l’école à Nantes a été exposé lors d’une réunion en mars 1984 au Centre régional de documentation pédagogique (CRDP). Il fut présenté à l’Inspecteur d’académie et aux représentants du Centre OZANAM, spécialisé dans la formation des professeurs de l’enseignement catholique de Loire-Atlantique.

La constitution de l’association pour la création d’un musée de l’école à Nantes (ACMEN) a lieu officiellement le 17 octobre 1984. Ses statuts, déposés en préfecture de Nantes, sont publiés au journal officiel le 29 novembre de cette même année.

Le 21 mars 1986, la mairie de Nantes met à la disposition de l’ACMEN deux salles de classe dans l’école publique de la rue des Réformes ; cet établissement construit en 1859 convient parfaitement à la démarche de l’association.

Rapidement, les dons commencent à arriver : tables, tableau en provenance de l’école de La Clé des Champs (Barbechat) et des établissements privés (Granchamp-des-Fontaines). Mais l’association ne veut pas seulement reconstituer une vision passéiste et nostalgique de l’école ; au contraire, elle souhaite favoriser la recherche historique sur le système éducatif de l’instruction publique à l’Éducation nationale, sur la population scolaire, la pédagogie, les programmes et créer un lieu vivant où les classes et les visiteurs de tous âges pourraient venir.

Le 23 juin 1988, les deux premiers groupes scolaires sont accueillis : les CM2 de Sainte-Luce-sur-Loire et deux classes de Plessé.

En mars 1992 a lieu la modification des statuts ; l’association porte désormais le nom de « constitution de la mémoire de l’école à Nantes ».

Le déménagement à l’école de Longchamp

En raison de l’ouverture de nouvelles classes à l’école des Réformes, l’ACMEN se voit attribuer de nouveaux locaux à l’école Longchamp.

Depuis le 7 septembre 1997, l'association – alors devenue  l’Association pour la Conservation de la Mémoire de l'École à Nantes et en Loire-Atlantique (ACMENELA) – continue ses activités dans l'école primaire de Longchamp.

Dans une salle du rez-de-chaussée de l'école, une classe 1930 a été reconstituée : bureau du maître sur une estrade, grandes tables en bois de six places, bibliothèques, tableaux, et une profusion d'objets couvrant la période 1850-1960. Des dons fréquents et des achats enrichissent régulièrement la classe. Le tout est régulièrement nettoyé, restauré, et même ciré pour restituer jusqu'à l'odeur d'antan.

Collecter et conserver le patrimoine scolaire

L’ACMENELA reçoit régulièrement des dons d’objets et de matériel relevant du patrimoine scolaire et procède à l'occasion à quelques achats. Ses collections sont fournies et diversifiées :

• Plus de 300 cartes murales (rectos et versos), conçues notamment par le géographe Paul Vidal de La Blache. Parmi elles, certaines cartes d'hygiène sur l'alcool, l'eau, l'air, la lumière sont quasiment introuvables ;
• 68 cahiers d'apprentissage consacrés aux méthodes d’écriture (méthode Renault, Godchaux, etc.) ;
• Plusieurs milliers de plumes métalliques d’environ 70 marques différentes. L'encre violette utilisée par les visiteurs est fabriquée par les soins des bénévoles de l’association ;
• Plusieurs centaines de cahiers d’écoliers, classés par périodes et par qualité, dont une série de cahiers couvrant la période 1914-1918 provenant de l'externat de l'Immaculée à Chantenay. Cette collection comprend des cahiers de puériculture, de dessin, de travaux manuels et quelques cahiers du maître ;
• Quelques centaines de panneaux d’élocution. Les sujets abordés sont variés : l'école, la maison, le corps humain, la mécanique, le code de conduite, etc. ;
• 690 films fixes, et quelques centaines de doubles. Outil pédagogique des années 1930 aux années 1960, le film fixe est remplacé par la diapositive et le film parlant. Ils sont classés en trois catégories : les films religieux, les films éducatifs et les films récréatifs ;
• Le matériel Montessori et Freinet, du nom de deux pédagogues ayant marqué l’histoire scolaire. Des livres, des boîtiers d'exercices et surtout une imprimerie Freinet complète avec des casiers de milliers de caractères en plomb (fontes). Cette dernière a été classée et remise en état avec l’aide du musée de l’Imprimerie de Nantes ;
• Les bibliothèques : la bibliothèque du maître, celle des élèves (livres de lecture) et surtout celle consacrée aux livres scolaires. 2267 titres sont enregistrés à ce jour ;
• Les tampons encreurs évoquant des thèmes variés (maison, ferme, animaux, Noël, frises, etc.) ;
• Les jeux éducatifs et récréatifs : jeux d’association, de trac, d'osselets, de cubes, de cartes, etc. ;
• Une quinzaine de plumiers ;
• Les protège-cahiers ;
• Les travaux de couture ;
• Les plaques sur verre Mazo : de 1889 à la Seconde Guerre mondiale, la maison MAZO (Élie puis Gaston, boulevard Magenta à Paris) proposait du matériel scolaire, dont des projecteurs et des plaques photographiques. C’était la grande rivale laïque de la Maison de la Bonne Presse. Un des adhérents de l’ACMENELA a apporté une collection de 91 plaques avec n°, série et titre, et 15 autres sans titre et abîmées. Une partie d’entre elles date des années 1910 ;
• Quelques dizaines de disques vinyles ;
• Une collection remarquable de plus de 2000 buvards acquise récemment et en cours de numérisation.

 

Les activités de l’ACMENELA

La classe ancienne de l’école de Longchamp est ouverte au public lors des Journées du patrimoine, moments forts intergénérationnels.

Le reste de l’année, elle est réservée aux groupes adhérents (écoles, EHPAD, groupes de seniors ou de généalogistes…). Elle a accueilli plus de 2 000 élèves lors de la dernière année scolaire. L’ACMENELA dispose d’une seconde classe complète dite « itinérante » et de milliers d’objets en double pouvant être prêtés pour des expositions. L’association réalise régulièrement de nouvelles études présentées sous forme de panneaux, également empruntables. Les thématiques abordées sont variées : les salles d’asile à Nantes, les films fixes, les grandes figures de l’histoire de l’éducation, les cahiers d’écoliers, le certificat d’études primaire, les buvards, etc.

Outre ces actions, l’ACMENELA accueille également dans sa classe ancienne des petits groupes d’élèves participant au programme des « Découvreurs » proposé par la Ville de Nantes.

À l'occasion, la classe ancienne sert de décor de films. Ainsi, en avril 1990, Agnès Varda choisit l’ancienne classe de l’école des Réformes pour tourner quelques scènes de son film Jacquot de Nantes.

La classe de Longchamp a également servi pour le tournage du film Francis, le 26 janvier 1944, réalisé en 2022 par des élèves du collègue Colbert de Cholet.

Association pour la Conservation de la Mémoire de l'École à Nantes et en Loire-Atlantique (ACMENELA)
2024

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Aubin Isabelle, Les Gaulois dans les manuels scolaires de l’école primaire (1870-1945), Mémoire de master 2 d’histoire, Université de Nantes, 2018

Guyonnet Yvette, Les écoles de Mesquer… toute une histoire (1789-1975), Éditions du Traict, Mesquer, 2023

Macé François, Les écoles primaires de Nantes, petite histoire événementielle et illustrée des créations scolaires depuis 1800, ACMENELA, Nantes, 2015

Webographie

Pages liées

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Association École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Association pour la Conservation de la Mémoire de l'École à Nantes et en Loire-Atlantique

Vous aimerez aussi

Nantes la bien chantée : Le Prisonnier de Nantes

Société et culture/ Les incontournables

Un prisonnier parvient à s’évader avec la complicité de la fille du geôlier dont il est tombé amoureux. Il promet de revenir à Nantes pour l’épouser.

Contributeur(s) :Jean-Louis Auneau

Date de publication : 05/02/2020

4181

Folle Journée

Société et culture

La Folle Journée est le festival de musique classique le plus fréquenté de France, sans doute parce qu’elle offre une nouvelle manière d’écouter la musique, susceptible d’attirer un...

Contributeur(s) :Thierry Guidet

Date de publication : 14/10/2021

1422

Maquette de l’Emile Paraf

Société et culture

Depuis presque trente ans, la Maison des Hommes et des techniques héberge dans son exposition permanente un trésor ! Nombreux sont les enfants à le regarder avec l’envie, difficilement...

Contributeur(s) :Élise Nicolle

Date de publication : 11/05/2021

1302