Bandeau
Planétarium Île Lemaire

2075

Usine Cotelle et Foucher


Au numéro 3 de la route de Sainte-Luce était implantée une usine de fabrication d’eau de Javel. Cette production industrielle polluante suscita de nombreuses plaintes des habitants vivant à proximité de l’usine. Malgré tout, l’activité perdura jusque dans les années 1970. 

Une activité qui pollue

Monsieur Dussumier de Fontbrune crée une usine de produits chimiques en 1909 route de Sainte-Luce. Le 29 août 1912, Messieurs Lambert et Rivière souhaitent reprendre l’entreprise et poursuivre la fabrication de produits chimiques. Toutefois, ce rachat est contesté par les riverains qui se plaignent de l’insalubrité des lieux et des nuisances odorantes provoquées par cette activité industrielle. Un voisin, propriétaire d’une chocolaterie-conserverie accolée à l’usine de produits chimiques, dénonce la pollution de son puits. En effet, la fabrication d’eau de javel se faisait par réaction du carbonate de soude et chlorure de chaux, processus qui engendre des résidus polluant l’eau. Malgré ces différentes plaintes, le préfet autorise le rachat de l’entreprise de produits chimiques.

Plan de l’usine Cotelle et Foucher installée route de Sainte-Luce

Plan de l’usine Cotelle et Foucher installée route de Sainte-Luce

Date du document : 1926

Le rachat par les propriétaires de l’usine parisienne Javel-La Croix

En 1933, Émile Cotelle et Étienne Foucher rachètent l’usine. Ces deux entrepreneurs sont les fameux créateurs de l’usine de Javel La Croix à Paris. Émile Cotelle établit sa première usine de produits chimiques en 1866 à Javel, un ancien village proche de Paris rattaché à la capitale au 19e siècle. De nos jours, Javel est l’un des quartiers du 15e arrondissement. Quant à Étienne Foucher, il possède sa propre usine à Paris rue La Croix. Les deux hommes s’associent en 1908 sous la marque Cotelle et Foucher et commence à s’étendre sur le territoire français. 

Malgré la réticence des riverains, le préfet accepte le rachat sous certaines conditions d’hygiène. Cotelle et Foucher modifient les procédés de fabrication et nomment la société « Fabrique d’hypochlorites alcalins par absorption de chlore dans les solutions alcalines ». L’usine prospère jusqu’aux années 1970.

Mur d’enceinte de l’ancienne usine de Cotelle et Foucher

Mur d’enceinte de l’ancienne usine de Cotelle et Foucher

Date du document : 21-02-2018

Dans les années 1970, les bâtiments sont détruits. Il ne subsiste aujourd’hui que l’ancien mur qui enserrait autrefois usine. 

Anaïs Mailet
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2018

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Patrimoine industriel

Tags

Activité industrielle Doulon - Bottière Écologie

Contributeurs

Rédaction d'article :

Anaïs Mailet

Vous aimerez aussi

Tour de France

Société et culture

Les liens de Nantes avec le Tour de France sont historiques, puisque le fondateur de la course, le marquis de Dion, est un temps député de Loire-Inférieure, et que la ville accueille...

Contributeur(s) :Jean-Noël Février

Date de publication : 18/10/2023

171

Place du Vieux Doulon

Architecture et urbanisme

Peu marquée dans l’espace urbain, la place du Vieux Doulon – plus proche du carrefour routier que de l’espace urbain construit – est le résultat d’une importante transformation urbaine.

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 09/06/2022

2176

Fontaine de la place Royale

Architecture et urbanisme

La place Royale serait-elle la place Royale sans sa fontaine monumentale ? Cela semble impensable, et pourtant, il a fallu près de 80 ans après la construction de l’esplanade pour...

Contributeur(s) :Gillian Tilly

Date de publication : 21/07/2022

5006