Bandeau
Ancien domaine de Grillaud Palais de la Bourse

445

Jules Piedeleu (1841-1912)


Né dans une famille de musiciens, Jules Piedeleu se destine à son tour à la musique. Ce violoniste pratique et enseigne son art dans plusieurs villes de France, dont Nantes. À son tour, il transmettra sa passion à ses descendants.

Jules Piedeleu, violoniste et professeur de musique

De son vrai prénom François Jules, Jules Piedeleu naît le 18 juin 1841, à Tréguier, dans les Côtes d’Armor. Il est le fils naturel de Joséphine Masson, musicienne, demeurant à Nancy. La déclaration de sa naissance est faite par Pierre Jules Piedeleu, musicien, qui le reconnaîtra comme son fils lors de son mariage à Paris le 20 septembre 1842 avec Joséphine Masson.

Jules entre au Conservatoire de Paris à l’âge de 10 ans. À 15 ans, il est violon solo au théâtre du Havre. Il devient professeur de musique à Metz durant deux ans, puis dirige les orchestres de Neufchâtel et Lausanne. À Nantes, il devient professeur de musique au conservatoire de la ville. Soliste au grand théâtre de Nantes et au casino de Vichy, Jules Piedeleu est le fondateur du « Quatuor Piedeleu », qui a obtenu un si grand succès au concours régional de Rennes en 1887.

Le 6 février 1868, il épouse à Nantes Clémentine Collmann. Musicienne, elle est née le 24 novembre 1844 à Ménars, dans le Loir-et-Cher. Elle est la fille du musicien Auguste Collmann et d’Angélique Vioux. Ils auront six enfants :

• Auguste, Jules, Joseph : né à Nantes le 27 novembre 1868 et décédé dans cette même ville le 6 février 1871.
• Angélina, Augustine, Joséphine : née à Combré (Maine-et-Loire) le 17 juin 1870 et décédée à Nantes le 6 février 1871. Elle se marie le 17 avril 1893 à Nantes avec Charles Auguste Bentz. Il est professeur de musique. Né le 3 juillet 1868 à Merxheim (Haut-Rhin), il décède le 15 septembre 1898 à l’hôpital Saint-Jacques de Nantes. La cause de son décès est l’aliénation mentale.
• Mathilde, Joséphine : née à Nantes le 9 novembre 1871 et décédée à une date inconnue.
• Louise, Joséphine : née à Nantes le 1er avril 1873 et décédée à une date inconnue.
• Clémence, Joséphine : née à Nantes le 11 mai 1874 et décédée dans cette même ville le 12 juin 1942,
• Valentine, Marie : née à Nantes le 30 janvier 1878 et décédée dans cette même ville le 9 mars 1955. Elle se marie le 23 octobre 1906 à Nantes à avec Jules Étienne Maurice Montfort. Cet architecte, né le 20 septembre 1883 Nantes, décède le 19 janvier 1955 dans cette même ville.

Les concerts en famille

À propos d’un concert qui s’est tenu le vendredi 18 mai 1860 à Metz, le journal Le Furet de Metz parle du solo de Jules Piedeleu, alors âgé de 20 ans, en des termes élogieux : « […] quant […] au solo de violon par M. Piedeleu, tout a été pour le mieux. M. Piedeleu a joué les Souvenirs de Bellini en artiste de talent, et nous joignons nos éloges au rappel que lui a décerné le public. Un pareil violon solo est une excellente acquisition pour l’orchestre et pour la ville, si, comme on nous l’a dit, M. Piedeleu veut donner des leçons. » Le musicien va se produire à Angers, Nantes, à Vichy. Il est souvent accompagné par sa fille Angélina, au piano. Premier prix du Conservatoire de Nantes, elle organise des concerts dans ses salons de la rue Kléber.

Son fils, René, né le 22 janvier 1894 à Nantes, hérite de cette passion pour la musique : il obtiendra la troisième médaille au Conservatoire de Paris, au violon, comme son grand père.

Jules Piedeleu fait partie de cette catégorie d’artistes modestes et amoureux de leur art et qu’on ne saurait trop citer comme modèle. Il a pensé que s’il était bon d’acquérir du talent, il était indispensable de le conserver et meilleur de l’augmenter.

En 1881, il obtient les palmes d’officier d’académie, qui récompense le personnel de l’éducation (enseignants ou non) ayant rendu des services éminents dans ce domaine. En 1892, il est nommé officier de l’instruction, distinction honorant les professionnels éducatifs « les plus recommandables par leurs talents et services ».

La retraite de Jules Piedeleu se déroule à Vichy. Il décède à Nantes le 3 février 1912, bien après son épouse Clémentine Collmann qui s’est éteinte le 7 mars 1898.

Carole Jacquement
2023



Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Pages liées

Camille Urso (1840-1902)

Tags

Musicien Musique

Contributeurs

Rédaction d'article :

Carole Jacquement

Vous aimerez aussi

Salles de cinéma

Société et culture

D’abord itinérant puis accueilli dans des brasseries, le cinéma est entré dans ses murs au début du 20e siècle. C’est le temps des pionniers qui sédentarisent une activité foraine.

Contributeur(s) :Yves Aumont , Alain-Pierre Daguin , Jean-Luc Hervy ...

Date de publication : 25/03/2019

6355

Les dossiers de la Police des Spectacles, conservés aux Archives de Nantes, offrent un aperçu privilégié des perturbations qui ont eu lieu dans les théâtres nantais au 18e siècle. Ils...

Contributeur(s) :Scott M. Sanders

Date de publication : 04/07/2023

594

Compagnon de la Libération

Événement historique

Le 11 novembre 1941, Nantes est faite « Compagnon de la Libération » par le général de Gaulle, le chef de la France libre.

Contributeur(s) :Didier Guyvarc’h

Date de publication : 21/10/2019

982