Bandeau
École élémentaire des Garennes et Maison du Dix Nantes la bien chantée : Dix filles à Nantes : joli bateau

876

Groupe scolaire de la Chauvinière


Situé non loin du carrefour de la route de Rennes et de la rue du Bout des Pavés, le groupe scolaire de la Chauvinière occupe une parcelle trapézoïdale donnant sur le boulevard de la Chauvinière. Composé d’une école élémentaire de filles et de garçons et d’une école maternelle, il répond aux impératifs d’une construction rapide et peu onéreuse, faisant appel aux modèles normés de l’État.

Un quartier nouveau au nord de Nantes

En 1934, la Ville achète un terrain dans le quartier du Bout des Pavés, en vue de la construction d’un groupe scolaire, mais le projet est retardé par la guerre. En 1947, devant l’urgence des besoins, des baraquements provisoires sont installés.

Baraquement provisoire de 1947 en cours de démolition

Baraquement provisoire de 1947 en cours de démolition

Date du document : sans date

Suite à son approbation par le Conseil municipal le 12 novembre 1948, la création du groupe scolaire de la Chauvinière est relancée. Alors que les premiers lotissements résidentiels sont sortis de terre et qu’un programme de maisons individuelles et de collectifs sur la Boissière est en cours d’élaboration, la nouvelle cité scolaire doit répondre à l’afflux d’enfants sur ce quartier en cours d’urbanisation.

Vue aérienne du quartier de la Boissière

Vue aérienne du quartier de la Boissière

Date du document : 08-1958

Une cité scolaire normée et standardisée

En 1950, un avant-projet est soumis par M. Ferré, architecte d’opération, et à la Ville. La conception d'ensemble répond à des principes inspirés de l'architecture moderne et aux normes dictées par l’État. Ils privilégient la simplicité et prennent en compte les questions d’exposition des bâtiments : « Du point de vue plan de masse, ce plan est nettement un plan "ensoleillement", tout est largement ouvert vers le sud : préau, classes, classe en plein air de la maternelle. L'on peut dire également que c'est un plan "vents dominants", les vents d'ouest et de sud-ouest frappent les pignons du bâtiment et une grande partie de la cour des filles est à l'abri des vents du sud-ouest » (Archives de Nantes, 1576W8, 1950).

Le programme définitif arrêté en 1953 prévoit la construction de 2 écoles élémentaires garçons et filles de 10 classes chacune, d'une école maternelle de 5 classes, de 2 cantines, de 2 conciergeries et de 3 logements de fonction. Il est également prévu une salle de jeux fermée en remplacement d'un préau ouvert, pour les maternelles.

Compte tenu des projections démographiques envisagées, l'Inspection académique émet l'hypothèse d'une extension à venir avec quatre classes supplémentaires pour chacune des écoles primaires : « Il me paraît souhaitable que l'Architecte, si cela ne doit pas nuire à l'économie globale du projet, puisse penser à l'extension éventuelle que j'ai prévue. Nul ne peut affirmer en effet quels seront les besoins scolaires dans une cinquantaine d'années. Trop d'écoles, de construction récente, sont trop exiguës et ne peuvent supporter aucune extension. » (Archives de Nantes, 1576W8, 1953)

Une nouveauté : le 1% culturel

Cependant la Ville en reste au programme de base et annonce la création prochaine d'un deuxième groupe scolaire similaire à la Boissière, ce qui doit répondre à la question de la capacité d'accueil. Dès 1953, il est également prévu l'application du 1% culturel qui permet la réalisation d'une ou de plusieurs œuvres d'art contemporain au sein de l'établissement ; c'est sans doute une des premières applications de cette législation sur un établissement scolaire nantais (la loi date de 1951). Pour autant, les œuvres artistiques, réalisées (si tant est qu’elles aient été réalisées) à hauteur de 1% du montant total des travaux hors taxes, ne nous sont pas parvenues.

Une école d’inspiration moderne

Le permis de construire est délivré en 1955. il s’inscrit dans la première tranche d'un programme de constructions scolaires par commandes groupées. Le chantier a lieu entre 1955 et 1959 avec quelques difficultés de réalisation et retards, voire malfaçons. La Ville déplore notamment l’absence de suivi du chantier par l’architecte, le rappelant à ses obligations. Les bâtiments sont  livrés à des dates échelonnées, en commençant par les bâtiments d'enseignement dès 1957.

L'école élémentaire est composée de deux barres types, de trois niveaux à toit terrasse, correspondant respectivement à l’école de garçons et à celle des filles. Chaque barre comprend au rez-de-chaussée un préau couvert et une salle d’activités pratiques, de deux niveaux de classes exposées sud et desservies par un couloir latéral nord. Les façades principales reposent sur des structures porteuses en béton armé. Les travées sont marquées par une série de fenêtres disposées en bandeau.

École élémentaire de la Chauvinière

École élémentaire de la Chauvinière

Date du document : 2021

Les façades pignons plus exposées aux intempéries sont doublées de dalles carrées gravillonnées et ajourées de petites fenêtres carrées disposées verticalement ou horizontalement : ce matériau comme ce type d’ouverture sont caractéristiques des années 1950.

Mur sur pignon de l’école élémentaire de la Chauvinière

Mur sur pignon de l’école élémentaire de la Chauvinière

Date du document : 2020

Un deuxième groupe scolaire au Baut

Peu après l'ouverture, les effectifs grandissant, les locaux deviennent trop exigus, obligeant à conserver une partie des baraquements provisoires. En 1962, l'école accueille douze classes dans chaque école primaire et cinq classes de maternelles sans compter celles qui sont hébergées dans des locaux provisoires. L'ouverture du groupe scolaire du Baut en 1962 permet de décongestionner la Chauvinière.

Du provisoire qui dure...

Un deuxième terrain de sports prévu dès l'origine est aménagé en 1968, seulement après la démolition partielle des baraquements provisoires qui occupaient l'espace dévolu. À cette date, l'Amicale laïque occupe encore les baraquements provisoires situés le long de la rue de la Chauvinière. Ces derniers locaux provisoires sont détruits entre 1981 et 1985. Depuis cette date, l’ensemble des bâtiments n’a pas connu de transformations majeures de son plan masse.

L'ancienne conciergerie, occupée par des associations, se présente comme un simple bâtiment rectangulaire de plain pied.

Anciens logements de fonction de l’école élémentaire de la Chauvinière devenus logements privés

Anciens logements de fonction de l’école élémentaire de la Chauvinière devenus logements privés

Date du document : 2020

Les logements d’origine situés au sud-est de la parcelle, le long du boulevard, ont été agrandis. Ils ne dépendent plus de l’école et sont désormais privatifs.

Irène Gillardot
Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Documentation

Synthèse historique sur les architectures scolaires des écoles publiques nantaises

Pages liées

Boissière

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecture scolaire, universitaire et de recherche Nantes Nord École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Irène Gillardot

Vous aimerez aussi

Anciens bains-douches Jules-Bréchoir

Architecture et urbanisme

Après la Seconde Guerre mondiale, le Conseil municipal de Nantes décide de relancer un projet de construction de deux nouveaux établissements de bains-douches à Chantenay et à Doulon....

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 20/10/2020

1899

Le capitaine d’un navire accostant aux Antilles trouve une compagne et la ramène à Nantes où il l’épouse avant de repartir en mer.

Contributeur(s) :Hugo Aribart

Date de publication : 16/10/2019

1646

Lisa Bresner (1971-2007)

Société et culture/ Personnalité nantaise

Lisa Bresner, écrivaine décédée prématurément à Nantes à l’âge de 35 ans, laisse  une œuvre d’une grande richesse qui reste encore à découvrir ou redécouvrir.

Contributeur(s) :Damien Robin

Date de publication : 21/05/2024

169