Bandeau
Passage Pommeraye Sèvre

1072

École François Dallet


Ouverte en 1913, l’école François Dallet se distingue des autres écoles nantaises par son architecture particulière. Inspirée du mouvement « Arts and Craft », elle est l’œuvre de l’architecte nantais Étienne Coutan.

Une école publique pour le quartier de la route de Paris

Depuis la fin du 19e siècle, l’administration académique encourage les villes à créer des écoles primaires publiques afin de porter concurrence aux écoles privées établies. Ainsi, alors que deux écoles congréganistes accueillent les enfants du quartier de la route de Paris, la municipalité nantaise ouvre en 1908 une école primaire dans un local loué route de Paris.

Les capacités d’accueil sont toutefois réduites et dans sa séance du 24 novembre 1910, le conseil municipal vote le projet de construction d’une école primaire de garçons et de filles de trois classes chacune.

L’emplacement choisi pour cet ensemble scolaire se situe sur le boulevard des Poilus, appelé alors boulevard de la Colinière ; ce toponyme est utilisé pour désigner l’école qui s’appelle pendant toute la première moitié du 20e siècle  : « école de la Colinière ».

La parcelle dispose de 50 mètres de façade sur le boulevard et s’étend en profondeur sur 5000 mètres carrés. Il s’agit d’une ancienne tenue maraîchère, encore largement entourée de jardins.

L’école est un temps nommée « école des Poilus » en référence au nouveau nom du boulevard de la Colinière, dénommé « boulevard des Poilus » lors du conseil municipal du 30 décembre 1918, en honneur aux soldats français mobilisés pendant la Première Guerre mondiale.

C’est en 1946, suite à la proposition du syndicat des instituteurs, que le conseil municipal vote la dénomination de l’école en hommage à celui qui en fut directeur entre 1924 et 1935 : François Dallet.

Le projet d'Étienne Coutan

En 1911, le dessin de l’école est confié à l’architecte de la Ville, directeur des bâtiments communaux et des plantations urbaines : Étienne Coutan. La réception définitive des bâtiments, prévue pour octobre 1914 est reportée, suite à l’entrée en guerre de la France, au mois de février 1915. Étienne Coutan, mobilisé sur le front, n’est pas présent pour cette réception officielle. C’est Camille Robida, son associé, qui le représente à cette occasion.

Le style architectural de l’école est une référence au courant anglo-saxon « Arts and Crafts » dont Coutan a repris les codes. Les différents bâtiments, aux allures de cottages, sont dessinés pour être les plus fonctionnels et rationnels possibles. Les matériaux utilisés sont choisis parmi ceux appartenant aux traditions locales de construction : moellons de schiste, ardoises et granit.

Plan de l’école François Dallet

Plan de l’école François Dallet

Date du document : 06-03-1910

Les différents espaces de l’école sont organisés de façon identique, côté école de filles à gauche et côté école de garçons à droite. Chaque école comporte trois classes largement ouvertes sur leurs grands côtés par de hautes fenêtres, un préau avec cabinets et une cour. 

Le mobilier de l’ensemble de l’école a été dessiné par Étienne Coutan. Chaque classe est dotée d’une armoire, d’une chaire de maître, d’un escabeau, d’un tableau sur mur, d’un tableau sur chevalet, de 24 tables à deux places et d’une chaise haute. Chaque école possède de plus son réfectoire situé de part et d’autre de la cuisine commune.

Trois bâtiments donnent sur le boulevard. Il s’agit des logements pour le directeur, la directrice et les  concierges. Chaque directeur dispose d’une habitation, avec bureau, salle à manger, cuisine, WC et à l’étage trois pièces avec cheminées. Il y a également un grenier, une cave et buanderie. Le logement du concierge se compose de trois pièces avec cheminées, WC, grenier et cave.

École François Dallet

École François Dallet

Date du document : 12-10-2022

Le bâtiment de la conciergerie se distingue depuis le boulevard par son allure de cottage. Le toit à longs pans aménage ainsi deux abris pour les parents, de part et d’autre de la conciergerie. Son fronton porte les inscriptions « écoles publiques filles et garçons » et présente les armoiries de la Ville de Nantes. Des représentations d’élèves avec leurs instruments d’études : une institutrice en train d’apprendre à lire à ses élèves et un instituteur en plein cours de géographie avec un jeune garçon. Des symboles des enseignements sont représentés de part et d’autre de ces deux scènes : jeux, couture et art ménager côté filles, enseignement technique et manuel côté garçons.

Fronton de l’école François Dallet

Fronton de l’école François Dallet

Date du document : 01-09-2012

La figure de François Dallet

Formé à l’école normale de Savenay, François Dallet est mobilisé en 1914 en qualité de chef de section puis de sous-lieutenant. Il est grièvement blessé le 6 juin 1915 par une balle qui lui sectionne les nerfs optique et olfactif. Sa carrière d’instituteur peut toutefois se poursuivre, et après avoir appris le braille, il enseigne à Saint-Brévin puis à l’école du Vieux-Doulon où il est directeur. Pour sa classe, il créé son propre matériel pédagogique : un tableau avec des lignes tracées en creux avec un trou au début de chaque ligne.

François Dallet aux côtés de ses élèves dans la cour de l’école

François Dallet aux côtés de ses élèves dans la cour de l’école

Date du document :

Son engagement au sein de l’école de la Colinière est important : il y crée une bibliothèque, une section théâtre et met également en place des conférences, des séances de cinéma. Il est aussi à l’origine de l’amicale laïque de l’école.

En juin 2022, une plaque lui rendant hommage est mise en place par la Ville.

Les agrandissements

En 1929, des travaux d’agrandissement sont votés par le conseil municipal pour que chaque école puisse disposer d’une classe supplémentaire. Ces extensions se font dans le respect du projet architectural d’origine en allongeant les bâtiments sur la longueur de la parcelle.

En 1954, des travaux de surélévation permettent d’agrandir les espaces pédagogiques au-dessus des préaux. Vers 1961-62, l’école maternelle, qui partageait les locaux avec l’école de filles, trop à l’étroit, est transférée dans un nouveau bâtiment sur une parcelle mitoyenne donnant sur l’avenue du Docteur-Teillais.

Delphine Gillardin
Archives de Nantes
2022

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En bref...

Auteur de l'oeuvre : Coutan Etienne (architecte de la Ville)

Typologie : architecture scolaire

En savoir plus

Documentation

Pages liées

Nom des écoles

Dossier : Architecture et histoire des écoles publiques nantaises

Tags

Architecte et urbaniste Architecture scolaire, universitaire et de recherche Art Malakoff - Saint-Donatien École

Contributeurs

Rédaction d'article :

Delphine Gillardin

Vous aimerez aussi

Ancienne manufacture Mazettier

Architecture et urbanisme

Sur la commune de Chantenay, Gustave Mazettier achète en 1907 « l'usine du Bois-Hardy » fraîchement construite, pour y confectionner des vêtements de travail imperméables enduits et...

Contributeur(s) :Hélène Charron

Date de publication : 31/01/2022

1275

Église Saint-Luc

Architecture et urbanisme

Au coeur du quartier du Breil, l'église Saint-Luc passe aujourd'hui inaperçue. L'édifice, œuvre d'un grand architecte français Pierre Pinsard, n'est pas immédiatement identifiable comme...

Contributeur(s) :Irène Gillardot , Hugo Vollmar

Date de publication : 06/03/2019

4607

Les hôtels de ville de Doulon et de Chantenay sont inaugurés respectivement en 1900 et 1904. Leur édification précède de peu l’annexion des deux communes à Nantes, votée en 1908. Ainsi,...

Contributeur(s) :Irène Gillardot

Date de publication : 12/03/2020

1801