Temples
Mâche

Surtout connues comme les anciens bâtiments de la fameuse conserverie Saupiquet, les halles aux angles du boulevard de Stalingrad et de la rue François Evellin étaient à l’origine la propriété des fameux magasins et entrepôts des Docks nantais. Préservé jusqu’au début des années 2000, l’ensemble du site est aujourd’hui détruit, excepté une partie des halles de la rue François Evellin, valorisée par les nouveaux bureaux installés dans les locaux.

Les Docks nantais (1875-1891)

Monsieur Sinan, directeur des Docks nantais, construit un nouveau magasin en 1875 rue des Docks (aujourd’hui rue François Evellin), en complément de ceux installés boulevard de Stalingrad depuis 1848. Les Docks nantais sont des entrepôts et magasins de produits industriels. Les fabricants envoyaient leurs produits qui étaient ensuite stockés au magasin ; puis les commerçants passaient commande et les Docks les livraient. Le premier bâtiment des Docks est composé de trois grandes nefs perpendiculaires au boulevard de Stalingrad, complété par trois autres nefs donnant sur la rue des Docks. L’ensemble des constructions est dessiné par Mathurin Fraboulet. Les matériaux utilisés pour la construction de ces bâtiments rappellent l’architecture de la Manufacture des tabacs, située sur le boulevard : murs en moellons enduits à la chaux, encadrement des ouvertures en pierres de tuffeau, et structure intérieure en bois de chêne.

Plan de l’ensemble des Docks nantais du boulevard de Sébastopol, actuel boulevard Stalingrad

Plan de l’ensemble des Docks nantais du boulevard de Sébastopol, actuel boulevard Stalingrad

Date du document : 1875

En 1875, Mathurin Fraboulet est chargé de la construction du bâtiment annexe, édifié à l’autre angle de la rue des Docks et du boulevard de Stalingrad. Un soin particulier est apporté à l’esthétisme de la façade, décorée de briques rouges et de pierres de tuffeau.  Les deux grandes nefs du bâtiment sont percées d’une baie simple sur les deux travées latérales et d’une grande ouverture en plein cintre dans la travée centrale, au rez-de-chaussée. Au premier étage, la travée centrale est percée de baies jumelées en arc plein cintre et les travées latérales toujours d’une baie simple rectangulaire. Deux voies ferrées à l’intérieur des bâtiments permettaient l’acheminement des marchandises. D’après les plans, une passerelle traversant la rue des Docks reliait les deux bâtiments entre eux mais aucune photographie ne permet de prouver qu’elle ait été construite.

Projet d’un bâtiment annexe des Docks nantais, boulevard de Sebastopol, actuel boulevard Stalingrad

Projet d’un bâtiment annexe des Docks nantais, boulevard de Sebastopol, actuel boulevard Stalingrad

Date du document : 1875

Installation de la conserverie Saupiquet (1891-1950)

Arsène Saupiquet débute sa carrière chez le ferblantier Alfred Riom en 1872, fabricant de boîtes métalliques. Il s’associe ensuite au fabricant de conserves alimentaires, Jean-Baptiste Jacquier, situé à Chantenay en 1875, pour créer une usine spécialisée dans la sardine. Ce n’est qu’en 1891 qu’il fonde sa propre marque, la Société Anonyme des Établissements Saupiquet. Il s’installe la même année dans les halles nord des Docks, rue François Evellin. L’ensemble du site est alors scindé en deux entités : les Docks et l’usine Saupiquet. En effet, les Docks continuent leur activité jusqu’en 1969.

Sortie des ouvriers de l’usine Saupiquet

Sortie des ouvriers de l’usine Saupiquet

Date du document : fin 19e siècle

En 1927, des travaux d’aménagement dans les bâtiments situés à l’arrière des Docks sont engagés afin d’accueillir les différents espaces nécessaires à la conserverie. Il aménage notamment une installation frigorifique en trois espaces distincts : un espace de salaison, une chambre à viande et un séchoir. L’entreprise se développe et les locaux deviennent trop exigus pour la fabrication des conserves. L’usine est alors déplacée en 1950 dans les anciens bâtiments de la Compagnie Nantaise des Chocolats boulevard Jules Verne à Doulon.

Plan d’isolation et de l’installation frigorifique de l’usine Saupiquet

Plan d’isolation et de l’installation frigorifique de l’usine Saupiquet

Date du document : 1927

La reconversion des bâtiments des Docks

En 1970, les deux bâtiments aux angles de la rue François Evellin et du boulevard de Stalingrad sont dissociés. Le bâtiment principal situé à l’angle du côté Est est racheté en 1970 par la société de produits alimentaires et diététiques Sopad. Le bâtiment annexe situé à l’angle côté ouest est quant à lui racheté par Marcel Conté qui y installe sa maison individuelle et son garage, la société Tiriau-Conté. Ce garage vendait et réparait les automobiles des marques Ford et BMW. Entre 2000 et 2004, l’ensemble des bâtiments des Docks est détruit pour construire des immeubles.

La reconversion des halles Saupiquet de la rue François Evellin

Les halles de la rue François Evellin occupées par Saupiquet sont reconverties vers 1970. La halle de gauche et la halle centrale sont rachetées par le quincailler nantais Henri Delaroux pour y installer son habitation personnelle, ainsi que 33 autres logements locatifs dans les étages, et deux commerces au rez-de-chaussée. Une réfection de façade est demandée pour refaire les ouvertures et la toiture de ces deux halles.

Toujours en 1970, la halle de droite, propriété de Roger Dousset, est reconvertie en magasins. Plus tard, la halle est réhabilitée par un fournisseur de pièces automobiles à une date inconnue, puis, en 2010, Toujours en 1970, la halle de droite, propriété de Roger Dousset, est reconvertie en magasins. Plus tard, la halle est réhabilitée par un fournisseur de pièces automobiles à une date inconnue, puis, en 2010, le site est réinvesti par un ensemble de bureaux conçu par GLV Architectes. 

Reconversion d’une halle de l’entreprise Saupiquet par GLV Architectes

Reconversion d’une halle de l’entreprise Saupiquet par GLV Architectes

Date du document : 30/10/2013

Cette halle est la plus intéressante à étudier car certains éléments originels ont été préservés. Tout d’abord, elle a été couverte d’une verrière portée par la charpente métallique d’origine afin d’y créer un patio donnant à voir les anciens murs en pierres de tuffeau. Côté façade, une paroi de métal ajourée percée d’une baie apporte de la lumière à l’espace intérieur. Enfin, le recours aux ossatures de bois et d’acier, les huisseries et l’utilisation de panneaux de bois naturel rappellent le passé industriel du lieu.

Direction du patrimoine et de l'archéologie, Ville de Nantes/Nantes Métropole
2018

En bref...

Localisation :

Evellin (rue François) 14, NANTES

Date de construction :

1848

Auteur de l'oeuvre :

Fraboulet, Mathurin (architecte)

Typologie :

architecture industrielle

En savoir plus

Bibliographie

Rochcongar, Yves, Capitaines d’industrie à Nantes au XIXe siècle, MeMo, Association Entreprise et Patrimoine industriel, Nantes, 2003

Amouroux, Dominique, Croix, Alain, Guidet, Thierry, Guyvarc’h, Dictionnaire de Nantes, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 2013

Mahieu, Luc, Duboÿ, Philippe, Morceau de ville : le quartier Stalingrad-Dalby à Nantes, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes, Nantes, 1983

Pages liées

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Anaïs Mailet

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.