Bandeau
Fronts urbains autour des rives de Loire Jean Chabot (1914 – 2015)

428

Place de la Duchesse-Anne


Autrefois traversée par une chaussée romaine mise à jour en 1930 lors des travaux de construction du canal de l’Erdre, ou peuplée d’habitations jusqu’au Moyen Âge, la place de la Duchesse-Anne a vécu de nombreuses transformations tout au long de ces derniers siècles. La prochaine étape de sa mue est prévue pour l’année 2025 dans le cadre de la végétalisation de la ville.

Le port de Richebourg, un port antique

L’actuelle place de la Duchesse-Anne est située au niveau d’un ancien port antique donnant sur la Loire au temps où Nantes se nommait Portus Namnetum. Toujours en activité mais en déclin au Moyen Âge, ce port fluvial recevant marchandises de pierre, de bois et de sable, se voit accompagné dès le 13e siècle de deux nouvelles installations portuaires près de la forteresse ducale : les ports Pierre-de-France et Briand-Maillard.

Chaussée romaine découverte lors de la construction du tunnel Saint-Félix

Chaussée romaine découverte lors de la construction du tunnel Saint-Félix

Date du document : 26-06-1930

Lors de son « Itinéraire de Bretagne », Dubuisson-Aubenay indique en 1636 qu’au port de Richebourg y abordent ceux qui « ne veulent pas entrer en ville ».

Un « placître » avant la place

Au 15e siècle, face à un des pont-levis du château de la Tour-Neuve, se trouve une petite place (ou placître) ; c’est l’entrée du faubourg de Richebourg que traverse la grande rue éponyme. Il s’agit très probablement de la « place du Château-Gaillard », du nom d’une motte abattue en 1423. La partie occidentale du faubourg est peuplée d’habitations longeant des voies qui conduisent au nord vers la porte Saint-Pierre et au sud vers une venelle qui descend vers le port et la Loire. Toutes ces rues et ruelles disparaissent lors de l’agrandissement du château vers l’est à la fin du 15e siècle comme la venelle de « l’Épicière » qui conduit de la porte Saint-Pierre à « la chapelle Saint-Antoine appelée la chapelle au duc » (actuelle chapelle de l’Immaculée). Les travaux d’agrandissement de la forteresse couplés aux dégâts provoqués par le siège de Nantes de l’été 1487 entraînent la disparition de 32 habitations à Richebourg, aux abords du château.

Extrait du plan cavalier de la ville de Nantes

Extrait du plan cavalier de la ville de Nantes

Date du document : fin du 17e siècle

L’aménagement du cours des États

Dans l’alignement des mottes qui bordent les fortifications à l’est, le site de l’actuelle place de la Duchesse-Anne est concerné par un projet d’embellissement de la ville dès le 16e siècle. L’idée d’aplanir les mottes Saint-Pierre et Saint-André (actuels cours du même nom) date d’une délibération des représentants de la ville du 28 août 1598. Mais ce n’est qu’en 1713 que débutent les premiers travaux de terrassements. C’est en 1763 qu’est approuvé le plan de Ceineray qui prévoit un prolongement du cours des États jusqu’à la Loire de « six pieds plus bas que le cours » et deux escaliers donnant sur le quai du port de Richebourg. Indiquée comme une promenade basse, elle est cernée à l’ouest par les douves du château, au sud par la Loire, à l’est par une rue correspondant à l’actuelle rue Henri IV et par la rue Prémion au nord. 

De Cincinnatus à la Duchesse-Anne

Lors de la Révolution française, tandis que la mode est de donner aux rues des noms en lien avec l’Antiquité, l’actuelle place de la Duchesse-Anne est nommée Cincinnatus du nom de l’homme politique romain. C’est un lieu de promenade qui sert de récréation aux gouvernantes et aux enfants et « un beau point de vue dont on jouit en se plaçant à la demi-lune qui forme son extrémité le long de la Loire ». Si un plan de Nantes de 1795 représente la place avec sa configuration actuelle, elle n’adopte finalement cette forme qu’en 1846 au moment de son réaménagement lors de la cession d’une partie des douves pour l’agrandissement de la place désormais nommée « place de la Duchesse-Anne ». Un marché de gros de légumes occupe la place. Il est parfois déplacé à l’occasion des différents concours régionaux agricoles qui s’y installent temporairement.

Foire d’été sur la place de la Duchesse-Anne

Foire d’été sur la place de la Duchesse-Anne

Date du document : 1908

Des projets d’embellissement

Dans le cadre du projet d’embellissement de la place en square au début du 20e siècle, il est décidé d’y installer des parterres et une fontaine monumentale représentant des naïades et un « enfant aux crabes ». L’œuvre signée du sculpteur Fernand David est érigée en 1913. Ce monument est déplacé lors des travaux de détournement de l’Erdre sous les cours par le tunnel Saint-Félix en 1930.

Square de la Duchesse-Anne

Square de la Duchesse-Anne

Date du document : années 1910-1920

Si le bassin existe toujours, il est cependant dénué de ses statues et sert depuis de pataugeoire pour les enfants au parc de Procé. Après avoir échappé au projet de voie « pénétrante nord » sensé passer sur la place et en souterrain sous les cours Saint-Pierre et Saint-André vers 1960, la place est utilisée comme parking automobile à partir de la fin des années 1960.

Place de la Duchesse-Anne transformée en parking

Place de la Duchesse-Anne transformée en parking

Date du document : 1976

Le 24 mars 2023, la végétalisation de la place de la Duchesse-Anne a été votée par le bureau métropolitain. C’est l’occasion pour ce lieu de retrouver son aspect de promenade qui au 19e siècle plaisait tant aux enfants pour leur récréation.

Kevin Morice
Archives de Nantes
2024

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.

En savoir plus

Bibliographie

Berthou Paul de, Maître Léon, Dubuisson-Aubenay : itinéraire de Bretagne en 1636, Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, Nantes, 1898-1902

Leguay Jean-Pierre, L’air et le vent au Moyen Âge, Presse Universitaire de Rennes, Rennes, 2011

Leguay Jean-Pierre, « Les abords du château des ducs : Sainte-Radegonde, Saint-Laurent et Richebourg au XVe siècle », Le Prince, l’argent, les hommes au Moyen Âge, Presse Universitaire de Rennes, Rennes, 2008

Tranchant Mathias, Les ports maritimes de la France atlantique (XIe-XVe siècle). Volume I : tableau géohistorique, Presse Universitaire de Rennes, Rennes, 2018

Rousteau-Chambon Hélène, Márquez Gómez María del Carmen, L’architecture privée à Nantes au XVIIIe siècle. Demeures de prestige, Presse Universitaire de Rennes, Rennes, 2023

Ressources Archives de Nantes

1M38
II160/24
1M371

Ressources Archives départementales de Loire-Atlantique

G256
E164/20

Pages liées

Motte du Château-Gaillard et jardin au duc

Tunnel Saint-Félix

Tags

Centre Ville Plan d'embellissement Place

Contributeurs

Rédaction d'article :

Kevin Morice

Vous aimerez aussi

École André-Lermite

Architecture et urbanisme

Ouverte en 1868, l'école André-Lermite compte parmi les premières écoles publiques à Nantes. Au début du 20e siècle, elle est une des plus fréquentées de la ville.

Contributeur(s) :Nathalie Barré , Marinette Morille , Solange Frioux ...

Date de publication : 01/03/2019

2772

Maisons du pont de Pirmil

Architecture et urbanisme

Élément pittoresque, les « maisons » du pont de Pirmil ont été de très nombreuses fois représentées par les peintres et les photographes. Son histoire ayant été perdue, l’existence...

Contributeur(s) :Julie Aycard

Date de publication : 13/04/2021

1926

Anna Davis Philip (1862 – 1930)

Personnalité nantaise

Anna Davis Philip naît le 4 août 1862 à Saint-Christophe, petite île des caraïbes britanniques. Professeur d’anglais à Nantes, elle devient infirmière volontaire pendant la Première...

Contributeur(s) :Xavier Trochu

Date de publication : 03/03/2021

1949