A

558

Dossier thématique : l’édit de Nantes de 1598

Date de publication : 22/07/2021

En avril 1598, l’édit de Nantes est signé par le roi Henri IV. Ce texte met un terme à 36 années de conflits violents résultant de l’affrontement entre catholiques et protestants.


Entre 1562 et 1598, huit guerres de religion fracturent le royaume de France en deux camps : les catholiques d’un côté, et les protestants, également appelés « huguenots », de l’autre. Elles ont pour motifs la religion mais aussi des luttes de pouvoir entre les grandes familles du royaume. Au début du 16e siècle, le protestantisme émerge suite à la proposition de réforme de l’Église catholique écrite par Martin Luther. Cette nouvelle branche du christianisme entre alors en vive opposition avec les défenseurs du catholicisme. De nombreux Français se convertissent au protestantisme, dont un certain nombre de nobles appartenant à de puissantes familles, ce qui déplaît aux aristocrates catholiques les plus intransigeants. Ces rivalités seront à l’origine de violents et sanglants affrontements dans tout le royaume, favorisés par un affaiblissement du pouvoir royal qui s’accentue depuis la mort d’Henri II. De nombreuses tentatives de paix échoueront à stopper les conflits. 

Les guerres de religion prennent fin en avril 1598 lorsque le roi Henri IV signe un édit de concorde à Nantes, ville catholique hostile aux huguenots. Ce texte instaure une série de mesures visant à accorder des droits politiques, juridiques et religieux à la communauté protestante, fixant ainsi les conditions d’une coexistence pacifique entre les deux factions. 

À l’occasion de l’anniversaire de la signature de cet édit, découvrez l’histoire du protestantisme à Nantes, ses figures locales ainsi que ses monuments emblématiques :

          > Protestants
          > Édit de Nantes 
          > Les Harouys, une famille catholique influente fidèle à Nantes, à la paix et à la couronne française pendant les guerres de religion du 16e siècle
          > Mémoire
          > Temples
          > Victoire Durand-Gasselin Friesé, l’architecte à l’origine du nouveau temple protestant