A

580

Restauration du portrait de Félix Fournier

Date de publication : 11/12/2020

Dans le cadre de la restauration de la basilique Saint-Donatien-Saint-Rogatien après son incendie le 15 juin 2015, la Ville de Nantes fait également restaurer une partie des tableaux qui y seront accrochés pour sa réouverture : parmi eux, ce portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes de 1870 à 1877.


Une restauration fondamentale s'impose

La restauration d'un tableau commence par un constat d'état qui établit l'état des parties qui le constitue : 

- Le châssis, cadre en bois servant à tendre la toile,
- La toile qui constitue le support de l’œuvre, 
- La couche de préparation qui assure une bonne adhésion de la peinture sur la toile, 
- La couche colorée ou picturale, 
- Et enfin le cadre qui permet à la fois la mise en valeur, la protection et l'accrochage de l’œuvre.

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, avant restauration

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, avant restauration

Date du document : 16-10-2018

Le tableau n'avait jamais été restauré depuis sa création en 1874, et avait subi un important dégât des eaux. Il nécessitait donc une restauration fondamentale.

Catherine Ruel, restauratrice de peinture, Anaïs Ménard, doreuse et Antoine Vautier, ébéniste ont menés les travaux de restauration entre juin et novembre 2019.

Les différentes étapes du sauvetage d'un tableau

Afin de pouvoir être transporté jusqu'à l'atelier de la restauratrice, la couche colorée, cassante et fragile, a tout d'abord été protégée afin que de nouvelles pertes de matière picturale ne soient pas à déplorer. La restauratrice a effectué un facing c'est-à-dire collé des papiers de protection sur la couche picturale, à l’aide de l’adhésif adéquat.

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, après la pose d'un facing d'urgence

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, après la pose d'un facing d'urgence

Date du document : 16-09-2019

Le châssis en bois très altéré, grignoté par des insectes et déformé par l'humidité, était très fragile. Il a donc été décidé de le changer. 

Sur un tel châssis, la toile était lâche, déformée, détendue et cassante. Elle comportait de plus quelques enfoncements, déchirures et trous. Une fois démontée du châssis d'origine, la toile a été patiemment dépoussiérée par le revers au pinceau. Ses déchirures et ses trous ont été consolidés. La toile a ensuite été posée sur un bâti provisoire qui a permis de la relaxer, et de lui redonner lentement une planéité. Une toile de doublage a été collée sur son revers pour la consolider, puis elle a été progressivement retendue sur son nouveau châssis. Une seconde toile a été tendue derrière le châssis pour la protéger des variations de température et d'humidité.

L'adhésion entre la toile et la couche de préparation était faible en raison notamment du dégât des eaux. Elle a été améliorée.

La couche picturale craquelée, soulevée, cassante était déjà perdue sur environ un tiers de sa surface. Par chance, le visage et le corps de l'évêque avait été épargnés. Le vernis qui la couvrait n'assurait plus la protection et la mise en valeur de la couche colorée : il avait jauni et, sous l'effet de l'humidité, chancis, c'est-à-dire qu'il était par endroit brouillé par un voile blanchâtre. Il était de plus encrassé : l'ensemble de ces altérations nuisait à la lisibilité de l’œuvre et masquait ses coloris d'origine.

La couche picturale a donc été dépoussiérée et son vernis a été retiré. Puis après avoir mastiqué les lacunes, la restauratrice a procédé à des retouches. Afin de rendre le tableau lisible sans « inventer » ce qui avait disparu, la retouche a été poussée sur la figure de l'évêque mais est restée légère et prudente sur les arrières-plans du tableau quasiment perdus. 

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, après le masticage des lacunes

Portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes, après le masticage des lacunes

Date du document : 15-10-2019

Parallèlement, le cadre a été pris en charge par l'ébéniste et la doreuse. Sa structure a été réparée et nettoyée. Ses éléments de décor ont été refixés ou remplacés quand ils avaient été perdus. Les parties reconstituées ont été dorées à la feuille d'or.

Au total ces différentes étapes ont nécessité environ 180 heures de travail pour les restaurateurs !

La restauration permet de faire des découvertes !

La restauration constitue souvent une occasion précieuse de découvrir des aspects de son histoire. Ici, elle a permis d'attribuer le tableau. Une inscription en rouge a été découverte dans la partie inférieure droite du tableau : la signature de l'auteur de ce tableau ainsi que sa date d'exécution, « L. Minier, 1874 ». L'abbé Louis Minier (1833-1916), est notamment connu pour avoir été directeur du collège saint-Stanislas à Nantes, entre 1875 et 1891.

Restauration du portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes

Restauration du portrait de Félix Fournier, évêque de Nantes

Date du document : 24-10-2019

La restauration ne peut pas tout cependant et elle ne constitue qu'une étape dans la vie d'un objet... La déontologie de la restauration impose en effet de respecter l'intégrité matérielle et historique de l’œuvre, de n’effectuer que des interventions minimales et réversibles et de les documenter. Si une grande partie des traits et du costume de l'évêque ont pu être rétablis, les indices permettant de se faire une idée du décor de l'arrière-plan étaient trop ténus pour pouvoir le reconstituer. La restauratrice a découvert des traces d'un drapé en haut à gauche mais, l'indice n'étant pas suffisant, elle a préféré le cacher intentionnellement pour le moment … en attendant peut-être un jour d'en savoir plus et de procéder à une retouche plus poussée !