A

288

Mme de Stolz, une autrice « nantaise »… finalement originaire de Lorient

Date de publication : 22/07/2021

Mme de Stolz, autrice d’ouvrages pour enfants, était considérée comme une des figures féminines nantaises de la littérature du 19e siècle. Mais suite aux récentes découvertes du généalogiste Julien Lozelli, il s’avère finalement que l’écrivaine est née à Lorient, alors que de nombreuses sources affirmaient qu’elle était originaire de Nantes.


Selon la biographie publiée sur Nantes Patrimonia, Théonile Anne Lorin est née en 1820 à Nantes. Par son mariage, elle devient Madame la comtesse de Bégon de la Rouzière. Au cours de sa vie, elle écrit plus d’une centaine de livres pour enfants sous le nom de Mme de Stolz. Nombre d’entre eux sont toujours édités et lus aujourd’hui.

En réalité, ces informations sont inexactes. Julien Lozelli, généalogiste professionnel nantais, a découvert lors de ses recherches que Mme de Stolz est en réalité Marie Françoise Josèphe Bégon de la Rouzière, née à Lorient en 1820. Elle a dédié sa vie entière à Dieu tout en s’intéressant à la littérature enfantine. Célibataire toute sa vie jusqu'à son décès à Paris en 1892, elle était la belle-sœur de Théonile Anne Lorin, mariée à son frère François Charles Bégon de La Rouzière. Elle n’a donc jamais été comtesse, seulement Demoiselle. La confusion a pu être entretenue par plusieurs facteurs : les deux femmes sont nées en 1820, elles portaient le nom de Bégon de La Rouzière, elles ont vécu ensemble dans le même appartement à Paris pendant quelques années et elles ont été inhumées dans la même tombe à Pontault-Combault, Mme de Stolz en 1892, la comtesse en 1898.

Julien Lozelli a fait cette découverte dans le cadre de l’élaboration de l’arbre généalogique d’un de ses clients. Ses recherches l’ont amené vers la famille Bégon de la Rouzière, et c’est ainsi qu’en consultant les archives (dont cet article de presse), le généalogiste a découvert la véritable identité de Mme de Stolz, l’écrivaine que l’on a longtemps cru nantaise et qui était en fait lorientaise.

Mme de Stolz n’ayant donc pas de lien direct avec Nantes et son histoire, l’équipe de Nantes Patrimonia a pris la décision de dépublier la biographie de l’écrivaine. Vous pouvez cependant retrouver le récit de sa vie sur sa page Wikipédia, récemment mise à jour par Julien Lozelli. D’autres biographies de femmes sont à découvrir dans notre dossier thématique Femmes nantaises.