Cinquante otages
Comblements

En 1922, Gustave Maillaud, marchand de bois, passionné de bateaux décide de construire un bateau, la Simone II. Il n’en est pas à son coup d’essai… Il achète un terrain près du pont de la Tortière, proche des chantiers Guybert. Il y construit un hangar pour y travailler à l’abri.

Un bateau familial

Afin de lancer sa construction, il réalise une maquette pour apprécier les formes du bateau qu’il a dessiné ainsi que l’aménagement de la cabine et le plan du pont.
La construction se fait en famille et en 1924 Simone II est mise à l’eau quai de Versailles.
Pendant la guerre la pénurie de carburant ne permet plus d’utiliser le moteur, Gustave Maillaud va donc gréer un petit mât.

Le <i>Simone II</i>

Le Simone II

Date du document : 30-08-2007

Quelques données techniques

La vedette mesure 8,25m de long sur 2,2 m de large et 0,7 m de tirant. Sa structure et  ses bordées sont en chêne, les membrures sont en acacia. Les lattes du pont sont en chêne et en acajou alterné. Le moteur est alors un Diou-Bouton.

Un intérieur confortable

Pour sa vedette familiale, Gustave Maillaud conçoit et réalise un intérieur confortable, très Belle Époque. La cabine éclairée de nombreuses baies peut accueillir trois personnes. Boiseries, moulures, rosaces décoratives, fausse cheminée, banquettes recouvertes de cuir rouge qui peuvent se transformer en couchette grâce à leurs accoudoirs amovibles.
Grâce à son confort, la Simone II servira d’habitation à la famille pendant les quelques mois nécessaire à la construction de leur maison.

Sauvé par un passionné

À la mort de son constructeur, la Simone II est laissée dans son abri et finit par y couler. Elle est remisée dans un champ en 1984 et achetée par Jean-Jacques Cadoret en 1985. Celui-ci va la restaurer grâce aux conseils précieux d’André Aubin. Elle sera remise à l’eau en 1986.

2019

En savoir plus

Tags

Contributeurs

Rédaction d'article :

Julie Aycard

Aucune proposition d'enrichissement pour l'article n'a été validée pour l'instant.